Assistants parlementaires: Perquisition en cours au siège du FN

JUSTICE Une perquistion est actuellement en cours au siège du Front National dans le cadre de l'enquête sur les attachés parlementaires...

Caroline Politi
— 
Marine Le Pen, candidate du Front national lors d'"assises présidentielles" à Lyon le 5 février 2017
Marine Le Pen, candidate du Front national lors d'"assises présidentielles" à Lyon le 5 février 2017 — CHAMUSSY/SIPA

Une perquisition est actuellement en cours au siège du Front National, à Nanterre, a indiqué à 20 minutes une source judiciaire, confirmant une information de BFM TV. L’opération est conduite dans le cadre de l’enquête dite « des assistants parlementaires » ouverte en mars 2015 par le parquet après avoir été saisi par le parlement européen.

Dans un communiqué le parti a dénoncé «une opération médiatique dont le seul but est de tenter de perturber le bon déroulement de la campagne électorale de présidentielle et de tenter de nuire à Marine Le Pen au moment même où sa candidature effectue une importante perçée dans les intentions de vote, notamment pour le second tour.»

Le Parlement soupçonne des « irrégularités financières » concernant au moins deux assistants de députés européens du parti : Catherine Griset, une proche de Marine Le Pen et Thierry Léger, l’actuel garde du corps de la présidente du parti. La justice soupçonne ces derniers de travailler pour le Front national et non sur les questions européennes en dépit de leurs salaires versés par l'UE. Des soupçons pèsent également sur le fait que les salaires versés aient pu servir «directement ou indirectement à financer des contrats établis avec des groupes politiques du Parlement ou des partis politiques».