Affaire Fillon: Le parquet national financier n'envisage pas de «classer sans suite» le dossier

LIVE Revivez toute la journée les développements de l'affaire Fillon, dans laquelle le candidat à la présidentielle est soupçonné d'avoir fourni des emplois présumés fictifs à son épouse...

A.-L.B. avec AFP

— 

François Fillon, candidat LR à la présidentielle, en meeting à Margny-lès-Compiègne le 15 février 2017
François Fillon, candidat LR à la présidentielle, en meeting à Margny-lès-Compiègne le 15 février 2017 — SARAH ALCALAY/SIPA

L'ESSENTIEL

  • Dans un communiqué diffusé ce jeudi matin, le parquet national financier (PNF) indique qu’il ne va pas, en l'état, classer sans suite l’enquête ouverte pour « détournement de fonds publics » et « abus de biens sociaux » ouverte à l’encontre de François Fillon et de son épouse Penelope.
  • Il y a un peu plus d’une semaine, les conseils de François Fillon avaient déposé une note auprès du parquet national financier lui demandant de se dessaisir de cette enquête. Selon eux, le parquet national financier n’est pas « compétent » pour enquêter sur des faits impliquant un ancien parlementaire, au regard de la séparation des pouvoirs.
  • François Fillon, en nette baisse dans les sondages qui le plaçent désormais derrière Marine Le Pen et Emmanuel Macron au premier tour, s'est engagé à se retirer de la course à la présidentielle en cas de mise en examen.

A LIRE AUSSI

Affaire Fillon: «En l'état», le parquet financier ne va pas classer l'enquête sans suite

Qui est Eliane Houlette, la procureure qui tient le destin de François Fillon entre ses mains?

Présidentielle: La riposte en quatre actes de Francois Fillon

 

19h00: Ce live est désormais terminé. Merci de l'avoir suivi avec nous. 

>> Retrouvez tous les papiers de nos journalistes sur ce sujet sur 20minutes.fr

18h13: Pour Nicolas Dupont-Aignan, Fillon «met en danger la droite»

Le candidat à la présidentielle Debout la France Nicolas Dupont-Aignan estime dans l'émission «Face aux chrétiens» (La Croix, KTO, Radio Notre-Dame et RCF) que François Fillon, « en s'entêtant », « met en danger la droite » et «fait le jeu d'Emmanuel Macron».  

 

17h37: La poursuite de l'enquête du PNF «fragilise» Fillon, selon le sarkozyste Renaud Muselier

Le député européen (LR) Renaud Muselier, a estimé auprès de l'Express  que le non-classement sans suite du dossier par le PNF «fragilise» le candidat. Il l'appelle à prendre une décision «en son âme et conscience» sur le maintien de sa candidature. L'élu, qui «assiste à un naufrage politique, humain, idéologique», assure faire campagne «en attendant des décisions intelligentes».

17h25: L'ancien ministre Luc Ferry appelle le parquet financier à «stopper le feuilleton»

Luc Ferry, ancien ministre de l’Education nationale réagit vivement après la décision du PNF qui annonce continuer les investigations. Sur Twitter, cet ex-soutien d'Alain Juppé durant la primaire à droite appelle le PNF à «décider» et «stopper le feuilleton». 

 

17h00: Fillon va venir à Tourcoing, mais pourquoi?

Nos deux articles expliquent cette venue: 

>> Pour organiser une riposte sur le terrain

>> Parce que c'est la ville de Gérard Darmanin...

 

>> A lire aussi: Affaire Fillon: Tiens, tiens, revoilà discrètement Nicolas Sarkozy 

 

16h35: Les délais de prescription doublés par le Parlement pour les crimes et délits, «aucun impact sur les dossiers en cours», selon Georges Fenech

Le Parlement a définitivement adopté jeudi la proposition de loi doublant les délais de prescription pour les crimes et délits, une réforme attendue depuis plus de dix ans sur l'équilibre délicat entre la nécessaire réparation et le jugement dans un délai raisonnable. «Ce n'est pas rétroactif, donc cette limite de 12 ans n'aura aucun impact sur les dossiers en cours», a souligné le député LR Georges Fenech dans une allusion à l'affaire Fillon où les investigations portent sur des faits qui remontent jusqu'à 1986.

16h05: «Remettre en cause la compétence du parquet national financier me pose un problème» dit le député «frondeur» de droite Georges Fenech

Le député LR «frondeur» de droite Georges Fenech est en dissonance avec le choeur des élus qui ont défendu François Fillon ce matin après l'annonce du parquet national financier.

Georges Fenech, ancien magistrat, a expliqué à LCP que «remettre en cause la compétence du parquet national financier me pose un problème». «C'est sa défense (celle de François Fillon) mais c'est une défense qui nous impacte tous», a-t-il ajouté.

 

15h40: Jean-Luc Mélenchon dénonce «le cirque» causé par l'affaire Fillon

Le candidat de La France insoumise à la présidentielle a déploré jeudi «le cirque» causé par l'affaire Fillon, regrettant que l'on ne puisse plus discuter du programme de la droite. «Tout le monde est un peu partagé entre le respect de la présomption d'innocence et le fait qu'on est quand même excédé par cette situation», a dénoncé Jean-Luc Mélenchon sur BFTMV. «Dès qu'on aborde le nom du candidat de la droite, non seulement des gens manifestent leur hostilité, mais en plus leur ironie. Les gens éclatent de rire, les gens n'écoutent plus rien, on ne peut plus parler, et ça ce n'est pas bon pour la démocratie», a-t-il déclaré.

15h19: Thierry Solère assure de la pleine implication de Nicolas Sarkozy dans la campagne de François Fillon

Interrogé lors d'un Facebook live, Thierry Solère, porte-parole de François Fillon, évoque la pleine implication de Nicolas Sarkozy dans la campagne du candidat à la présidentielle. «François Fillon s'entretient très régulièrement avec Nicolas Sarkozy et Alain Juppé», explique le député qui évoque une «parfaite mobilisation».

Capture écran Facebook live avec Thierry Solère
Capture écran Facebook live avec Thierry Solère - Capture écran Facebook

Ce facebook live est «trollé» par des nombreux internautes réagissant à l'affaire Fillon et aux soupçons d'emplois présumés fictifs au profit de l'épouse de François Fillon.

14h45: François Fillon en forte baisse sur un mois selon un sondage publié ce jeudi

François Fillon, en forte baisse sur un mois (-6,5) avec 18,5% d'intentions de vote, se voit distancé par Marine Le Pen (26%) et Emmanuel Macron (23%) au premier tour de l'élection présidentielle, selon un sondage Ipsos Sopra Steria diffusé ce jeudi. La baisse de François Fillon est particulièrement sensible chez les proches du parti Les Républicains, auprès desquels il chute de 13 points. La candidate du Front national est stable et l'ex-ministre de l'Economie progresse de 2 points, selon cette enquête effectuée pour le Cevipof (Sciences Po) et Le Monde. Un électeur interrogé du deux affirme cependant que son choix «peut encore changer» avant le premier tour.

14h30 : «Il y a le principe de la séparation des pouvoirs», dit Thierry Solère

Le porte-parole de François Fillon a expliqué sur BFMTV qu'il y a «un grand principe, celui de la séparation des pouvoirs» pour évoquer l'enquête ouverte par le PNF. 

14h: Hollande prône «l’exemplarité» au «sommet de l’Etat»

François Hollande a prôné «l’exemplarité» au «sommet de l’Etat», dans une allusion à l’affaire Fillon, lors d’un discours sur la politique de la ville à Rennes.

«L’exemplarité, ça vaut pour tout et si, au sommet de l’Etat, il n’y a pas cette exemplarité, comment donner confiance, comment appeler à l’effort, comment donner des perspectives à notre pays ?» s’est interrogé le président Hollande, sans toutefois citer nommément le candidat de la droite à la présidentielle.

L'exemplarité, ça vaut pour tout et si, au sommet de l'Etat, il n'y a pas cette exemplarité, comment donner confiance, comment appeler à l'effort, comment donner des perspectives à notre pays?" s'est interrogé le président Hollande. «La première volonté qui doit être la nôtre, celle de l'Etat, c'est d'être exemplaires», a-t-il insisté.

13h29: François Fillon pourrait annoncer le maintien de sa candidature même en cas de mise en examen

Selon LCP, le candidat pourrait annoncer le maintien de sa candidtaure samedi dans les colonnes du Figaro 

 

12h49: Changement de lexique pour François Fillon...

Lors de son interview sur le plateau du 20h sur TF1 le 26 janvier, François Fillon indiquait qu'il abandonnerait sa candidature s'il était mis en examen. Ce jeudi, il explique désormais qu'il s'en remet «au seul jugement du suffrage universel».

>> A lire aussi: VIDEO. Affaire Penelope Fillon: S'il est mis en examen, François Fillon renoncera à la présidentielle

 

12h35: «Le parquet n'instruit qu'à charge», estime le sénateur (LR) Gérard Longuet

Sur BFMTV, le sénateur de la Marne attaque le PNF: «le parquet n'instruit qu'à charge». «Le parquet se couvre et gagne du temps et, ce faisant, il prend les électeurs en otage», tranche-t-il. 

 

12h08: Poursuivre les investigations est «tout à fait scandaleux» pour Bernard Debré

Selon le député de Paris (LR) Bernard Debré, le choix du ministère public de poursuivre ses investigations en pleine campagne présidentielle est «tout à fait scandaleux». «Nous n'accepterons pas, nous les électeurs et les militants, d'être sous la dépendance du parquet national financier», a-t-il déclaré sur BFMTV.

12h05: «On ne s'attendait pas à autre chose», réagit l'un des porte-parole de François Fillon.

«On ne s'attendait pas à autre chose», a réagi sur BFMTV Damien Abad, l'un des porte-parole du candidat. «L'enquête se poursuit, il n'y a aucune mise en examen, il n'y a pour le moment aucune information nouvelle», a estimé le député (LR) de l'Ain.

12h: François Fillon déplore «un acte de communication» du parquet financier

Auprès du Figaro, François Fillon explique qu'«il n'y a rien de nouveau, ni poursuite, ni mise en examen», après la décision du PNF de poursuivre l'enquête. «Cette annonce n'est qu'un acte de communication qui nourrit le feuilleton médiatique (qui) n'entame en rien (s)a détermination», dit-il au quotidien. «Je m'en remets donc désormais au seul jugement du suffrage universel», a-t-il ajouté.

11h40: Les avocats de Fillon estiment qu'«il n'y a absolument rien de nouveau»

Interrogés par plusieurs médias, les avocats ont déclaré ce jeudi matin que le communiqué de presse du PNF «n'apporte absolument rien de nouveau» dans cette affaire. «Il n'y a pas de mise en examen de François Fillon», a déclaré Me Antonin Levy. «L'enquête va se poursuivre (...) dans la légalité et dans la sérénité et que nous n'aurons pas à déplorer comme ces dernières semaines des fuites intolérables qui viennent polluer lé débat, qui viennent alimenter cette machine médiatique complètement folle et qui viennent surtout polluer le débat démocratique à la veille de la grande élection démocratique présidentielle». 

 

>> Qui est Eliane Houlette, la procureure qui tient le destin de François Fillon entre ses mains?

 

11h35: Réaction rapide des avocats du couple Fillon

«Le Parquet national financier (PNF) a choisi d'annoncer publiquement et sans justification une poursuite des investigations», ont réagi les avocats du couple. «Ce communiqué s'abstient de relever qu'après trois semaines d'enquête et de très nombreuses auditions, il n'y a pas d'éléments suffisants pour requérir des poursuites», pointent également Me Levy et Me Cornut-Gentille. Les avocats du couple réaffirment que le parquet national financier n'est pas compétent 

11h30: Le parquet n'envisage pas «en l'état» de classement sans suite

Le rapport de la police concernant l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs de Penelope Fillon a été remis mercredi au parquet national financier (PNF), qui n'envisage pas «en l'état» de classement sans suite, a annoncé ce jeudi matin le parquet. Dans un communiqué, il ajoute que «les investigations vont se poursuivre». Le PNF a ouvert le 25 janvier une enquête préliminaire pour détournements de fonds publics et abus de biens sociaux à la suite de soupçons d'emplois fictifs de l'épouse de François Fillon, le candidat de la droite à la présidentielle.