Présidentielle: Hollande exige des «mesures spécifiques» contre de potentielles cyberattaques

DEFENSE La Russie a été ces derniers mois au centre d’accusations de piratage des ordinateurs du parti démocrate qui ont perturbé la campagne présidentielle américaine…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président François Hollande le 10 janvier 2016 à l'Elysée
Le président François Hollande le 10 janvier 2016 à l'Elysée — VILLARD/SIPA

La France se prépare à de potentielles cyberattaques pendant la présidentielle. Le président François Hollande a demandé ce mercredi en Conseil de défense que des « mesures spécifiques » soient prises pour contrer d’éventuelles attaques à l’occasion de l’élection, alors que Moscou a été soupçonnée d’interférences dans l’élection américaine, a annoncé l’Elysée dans un communiqué.

>> A lire aussi : Emmanuel Macron visé par la Russie et ses hackers?

« Le président de la République a demandé que lui soient présentées, lors du prochain Conseil, les mesures spécifiques de vigilance et de protection, y compris dans le domaine cyber, prises à l’occasion de la campagne électorale », a déclaré la présidence française.

La Russie au centre d’accusations de piratage

Le communiqué de l’Elysée ne donne aucune précision sur la nature ou l’origine des menaces redoutées, mais la Russie et son président Vladimir Poutine ont été ces derniers mois au centre d’accusations de piratage des ordinateurs du parti démocrate qui ont perturbé la campagne présidentielle américaine.

>> A lire aussi : Donald Trump nie toute connexion avec la Russie, le Kremlin dénonce une «intox»

Fin janvier, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian avait mis en garde contre la « diffusion massive de fausses informations » susceptibles d’être utilisées comme un outil de déstabilisation dans le cadre de la campagne pour l’élection présidentielle en France.

A la mi-décembre, le ministre avait prévenu que la France pourrait avoir recours à l’arme numérique face aux cybermenaces contre ses intérêts.

Un commandement des opérations cyber, placé sous la responsabilité directe du chef d’état-major des armées, a ainsi été créé en janvier disposant d’un état-major resserré qui devrait superviser 2 600 « combattants numériques » d’ici à 2019.