Bayrou accuse Fillon d'être «sous l'influence des puissances d'argent»

TACLE Le président du MoDem est prêt à « prendre ses responsabilités »…

20 Minutes avec AFP

— 

François Bayrou, président du MoDem.
François Bayrou, président du MoDem. — MATHIEU PATTIER/SIPA

François Bayrou est prêt à endosser le costume de candidat à la présidentielle. Le président du MoDem a affirmé ce mercredi qu’il prendrait « ses responsabilités », taclant au passage François Fillon, qu’il accuse d’être « sous l’influence des puissances d’argent ».

« Jamais dans l’histoire de la République, un candidat aux plus hautes fonctions, à la présidence de la République, n’a été ainsi sous l’influence des puissances d’argent », a déclaré François Bayrou sur France 2.

>> A lire aussi : François Fillon déclare avoir conseillé Axa et relance les soupçons de conflit d'intérêts

« Je prendrai mes responsabilités »

« J’ai souhaité des rassemblements. Ce que je vois aujourd’hui est une menace telle sur la démocratie que je n’hésiterai pas à prendre mes responsabilités », a affirmé le président du MoDem, qui réserve toujours sa décision quant à une éventuelle candidature à l’Elysée. La semaine dernière, François Bayrou a déclaré qu’il se prononcerait à la mi-février.

>> A lire aussi : Emmanuel Macron appelle Bayrou à se rallier à sa candidature

« Je vois venir des choses qui sont tellement lourdes que je prendrai mes responsabilités », a-t-il encore dit, en référence aux accusations pesant sur François Fillon depuis deux semaines.

« De très grandes sociétés multinationales se paient des hommes politiques, appointent, donnent de l’argent à des hommes politiques pour qu’ils les aident à ouvrir des portes, à se servir de leurs relations pour leurs intérêts », a accusé le maire de Pau, citant « ce qui a été annoncé hier par François Fillon lui-même et sa société de conseil et les sommes incroyables, 200.000 euros par-ci, 200.000 euros par là ».

« Pas d’autre solution » que de se retirer de la course

« La responsabilité politique est une responsabilité qui normalement doit être mise à l’abri des intérêts », a-t-il souligné. François Bayrou avait estimé dimanche que François Fillon n’avait « pas d’autre solution » que de se retirer de la course à la présidentielle, l’affaire des emplois présumés fictifs de son épouse et de deux de ses enfants constituant « une atteinte à la décence ».

>> A lire aussi : François Fillon poursuit sa contre-offensive en écrivant aux Français

Depuis le candidat de la droite a repris sa campagne, après avoir présenté ses « excuses aux Français » lundi sur l’emploi de son épouse Penelope et de deux de ses enfants comme assistants parlementaires.

A propos de sa société de conseil « 2F Conseil », l’ancien Premier ministre a cité comme clients devant la presse « l’assureur Axa, la société Fimalac », dont son ami Marc Ladreit de Lacharrière est le PDG, et « la banque Oddo ».