François Fillon poursuit sa contre-offensive en écrivant aux Français

PRESIDENTIELLE Il a aussi réuni les parlementaires LR à son QG ce mardi pour les inciter à faire bloc derrière lui…

D.B. avec AFP

— 

François Fillon le 6 février 2017 à Paris. AFP PHOTO / Martin BUREAU
François Fillon le 6 février 2017 à Paris. AFP PHOTO / Martin BUREAU — AFP

François Fillon poursuit son opération de résistance face aux polémiques nées des soupçons d’emplois fictifs de son épouse et de deux de ses enfants. Après sa conférence de presse ce lundi, où il a présenté ses « excuses aux Français », il a réuni les parlementaires LR à son QG ce mardi avant de visiter une usine dans l’Aube dans l’après-midi en compagnie de François Baroin, sénateur-maire de Troyes.

Mais ce n’est pas tout : François Fillon a également annoncé aux parlementaires LR qu’il publierait « une lettre aux Français » ce mercredi dans la presse régionale.

Pour lui le PNF n’est pas compétent

Lors de la réunion devant les parlementaires LR, François Fillon a aussi indiqué qu’il allait se battre sur le front judiciaire. « J’ai compris qu’il était naïf de croire que la justice serait rendue sereinement et rapidement », a-t-il dit alors que le parquet national financier (PNF) a ouvert une enquête préliminaire. « Mes avocats viennent de démontrer qu’il (le PNF, ndlr) n’était pas compétent pour le faire », a-t-il affirmé. « Un parlementaire ne peut pas faire l’objet d’une incrimination pénale pour détournement de fonds publics », affirme-t-il.

La défense du couple Fillon a en effet transmis lundi, comme l’avait laissé entendre le candidat lors de sa conférence de presse, une note au PNF pour soulever « ce problème d’incompétence qui fragilise l’enquête », selon Antonin Levy, avocat de François Fillon.

Il n’a pas encore convaincu l’ensemble des Français

Mais le candidat devra redoubler d’effort pour lever les doutes des Français à son encontre. Car selon un sondage Harris interactive* diffusé mardi, deux tiers des Français (65 %) n’ont pas été convaincus par les explications de François Fillon lors de sa conférence de presse  ce lundi quand plus d’un tiers (35 %, +4) estime qu’il doit maintenir sa candidature à la présidentielle.

Seules 26 % des personnes interrogées l’ont jugé « convaincant » concernant la polémique sur les soupçons d’emplois fictifs de son épouse Penelope. Les sympathisants de la droite et du centre et ceux du seul parti Les Républicains ont cependant été plus sensibles à ses arguments, avec respectivement 58 % et 62 % de convaincus, selon cette enquête réalisée lundi soir pour RMC et Atlantico.

Les Français interrogés sont toutefois plus nombreux que lors d’une précédente enquête début février à souhaiter que François Fillon maintienne sa candidature, avec 35 % (+4) de réponses positives, contre 65 % (-4) qui souhaitent « qu’une autre personnalité le remplace ». Six proches de la droite et du centre sur dix (59 %, +9) et 67 % (+9) de ceux de LR souhaitent en particulier son maintien.

*Enquête réalisée en ligne le 6 février après 20H00 auprès de 927 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.