Affaire Penelope Fillon: Gérard Larcher dément vouloir lâcher François Fillon

LES REPUBLICAINS Contrairement à ce qu'affirme L'Obs...

C. Ape.

— 

Gérard Larcher à son arrivée à l'Elysée le 18 février 2015
Gérard Larcher à son arrivée à l'Elysée le 18 février 2015 — Patrick Kovarik AFP

Non, Gérard Larcher, président du Sénat, n’entend pas « débrancher » le candidat de la droite à la présidentielle en grande difficulté face au Penelopegate, a-t-il affirmé ce vendredi matin. Le sénateur des Yvelines, qui est un des piliers du camp Fillon, a démenti sur Twitter une information de l’Obs.

L’hebdomadaire affirme que Gérar Larcher a déjà une préférence pour le maire de Bordeaux, Alain Juppé, pour désigner un remplaçant à François Fillon, dont le nom est associé à plusieurs polémiques ces derniers jours.

Le destin de Fillon scellé par Larcher ?

L’Obs explique que Gérard Larcher est l’un des rares à pouvoir lui parler « cash » et à le « débrancher » en s’exprimant rapidement dans la presse. En coulisses, on s’active à la recherche de solutions, relate l’AFP citant des ténors du parti. A quelques mois des législatives, les parlementaires LR vont retourner samedi et dimanche en circonscription où les réactions des électeurs pourraient être fraîches.

>> A lire aussi : Trois scénarios si François Fillon était éjecté de la présidentielle

Pour plusieurs ténors du parti contactés par l’AFP, la messe est dite, au vu de l’avalanche d’éléments chargeant Fillon. « Il a une tonne de fonte dans l’estomac », commente l’un d’entre eux.

Les dernières révélations du Canard Enchaîné mardi soir auraient rendu « hystérique » le patron du Sénat, poursuit l’Obs. L’hebdomadaire souligne qu’il a dans la foulée organisé des rendez-vous avec des ténors du parti pour évoquer l’avenir à quelques semaines du premier tour du scrutin, dont Laurent Wauquiez ou François Baroin, qui pourraient être de potentiels « plans B ».

>> A lire aussi : Bertrand, Baroin, Juppé... Les noms évoqués pour remplacer Fillon

Gérard Larcher aurait prévenu François Fillon qu’il pourrait dès lors s’exprimer dans presse, pouvant sceller le destin de François Fillon.