VIDEO. Affaire Penelope Fillon: «Je n'ai jamais été son assistante», la citation qui plombe le couple Fillon

POLITIQUE Jeudi soir, «Envoyé Spécial» a diffusé une interview de 2007 donnée par Penelope Fillon au «Sunday Telegraph»...

Philippe Berry

— 

Penelope Fillon en mai 2007, interviewée par le «Sunday Telegraph».
Penelope Fillon en mai 2007, interviewée par le «Sunday Telegraph». — SUNDAY TELEGRAPH/ENVOYE SPECIAL

La citation est courte mais elle pourrait bien être fatale. Cette interview anodine accordée au Sunday Telegraph en mai 2007 par Penelope Fillon, et retrouvée par Envoyé Spécial, qui l’a diffusée jeudi soir, complique un peu plus une défense qui patine depuis une semaine. Alors qu’elle est soupçonnée d’avoir occupé un emploi fictif, Penelope Fillon déclarait, en anglais : « Je n’ai jamais été son assistante, ou quoi que ce soit de ce genre. Je ne m’occupe pas non plus de sa communication. »

(La vidéo est disponible exclusivement sur le site de France TV Info)

Alors que son mari vient d’être nommé Premier ministre de Nicolas Sarkozy, Penelope Fillon décrit à la journaliste britannique Kim Willsher un quotidien qui ressemble fort à celui d’une mère au foyer. « Je me suis inscrite à l’université, en littérature anglaise », dit-elle avec un sourire. La journaliste britannique précise cependant, jeudi, qu’il s’agissait « de cours par correspondance pour les gens qui ont un travail. »

Penelope Fillon parle encore de ses enfants : « Si je n’avais pas eu le dernier, je serais sans doute allée chercher un travail… Je me suis rendu compte que les enfants ne me voient que comme leur mère. Je me suis dit que ça me remettrait au travail, que ça me stimulerait. »

« Je distribuais des prospectus »

Penelope Fillon précise cependant qu’elle a « toujours accompagné François Fillon dans ses campagnes électorales, les meetings, pour l’aider, je faisais ce genre de choses, je distribuais des prospectus. J’aime bien me mettre au fond de la salle et écouter les commentaires que les gens font sur ce qu’il dit. C’est quelque chose que je faisais quand il était maire de Sablé. J’allais dans les associations de personnes âgées, mais rien de plus, rien. »

Le problème, c'est que François Fillon affirme que son épouse a travaillé pour lui puis pour son suppléant comme assistante parlementaire entre 1997 et 2013, avec une interruption lorsqu’il était à Matignon. Selon le Canard Enchaîné, elle aurait également perçu un salaire entre 1988 et 1990.

« Je comprends que ces accusations troublent certains d’entre vous, en raison de leur martèlement, en raison de la répétition présentée habilement comme une accumulation de preuves, en raison des sommes avancées aussi », a lancé François Fillon devant un millier de personnes rassemblées au Parc des Expositions de Charleville-Mézières, jeudi soir. L’entourage du candidat n’a en revanche, pour l’instant, pas encore réagi à la vidéo diffusée par Envoyé Spécial.