Affaire des assistants parlementaires: En cas de mise en examen, Marine Le Pen resterait candidate à la présidentielle

JUSTICE Mise en cause pour des affaires d’emplois fictifs au Parlement européen, la candidate FN n’estime pas devoir retirer sa candidature à l’élection présidentielle si jamais la justice décidait de la mettre en examen…

A.B. avec AFP

— 

Marine Le Pen, le 2 décembre 2016, Paris.
Marine Le Pen, le 2 décembre 2016, Paris. — Nicolas Messyasz / Sipa Press

Marine Le Pen indique dans un entretien au Monde à paraître ce jeudi que contrairement à François Fillon, empêtré dans le «  Penelopegate », elle resterait candidate à la présidentielle si elle était mise en examen dans l’enquête sur l’emploi fictif de ses assistants parlementaires. Alors qu’on lui demandait si elle retirerait sa candidature dans ce cas « comme l’a promis François Fillon pour lui-même », la présidente du FN répond : « Cette déclaration est totalement stupide. Elle a été prononcée dans le but de tirer dans les pattes de Nicolas Sarkozy. »

>> A lire aussi : VIDEO. Pourquoi Marine Le Pen doit 340.000 euros au Parlement européen

« C’est la fin de la démocratie »

« Un juge pourrait décider qui est candidat et qui n’est pas candidat, c’est la fin de la démocratie », d’après elle. Une information judiciaire a cependant été ouverte mi-décembre pour abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé. Elle fait suite à une enquête conduite depuis mars 2015 par le parquet, qui avait été saisi par le Parlement européen.

Pour Marine Le Pen, son cas n’a « rien à voir avec François Fillon. Je n’ai pas touché cet argent, c’est Catherine Griset », son assistante parlementaire mise en cause « qui l’a touché, en contrepartie du travail qu’elle a effectué, que personne ne remet en cause, même pas le Parlement européen ».

>> A lire aussi : A Bruxelles, l’assistante parlementaire de Marine Le Pen rentrait «par le parking»

Alors que cette institution va déclencher des retenues substantielles sur son salaire à partir de février pour procéder au recouvrement de sommes liées à l’emploi de Catherine Griset jugées indues, Marine Le Pen « se demande » si elle ne va pas « saisir le Défenseur des droits ». Pour elle, il y a une « tentative d’empêcher un député d’exercer son mandat (…), c’est quelque chose d’extrêmement grave ».

Des salaires pas justifiés

Le Parlement européen, qui s’appuie sur une enquête de l’Olaf, l’organisme antifraude de l’UE, considère que le salaire de Catherine Griset n’était pas justifié : elle a été embauchée comme assistante parlementaire accréditée, ce qui implique de travailler et résider dans l’un des trois lieux de travail du Parlement européen, Bruxelles, Strasbourg ou Luxembourg.

« Je conteste formellement le fait que Catherine Griset n’ait pas été fixée à Bruxelles », assure Marine Le Pen, qui doit restituer près de 300.000 euros. « Catherine, elle vient à Bruxelles quand j’y vais. Et quand je n’y vais pas, elle badge », répond encore l’eurodéputée. De son côté, l’intéressée s’est défendue en expliquant que si personne ne l’a vue entrer au Parlement européen, c’est parce qu’elle arrivait «par le parking », et que si elle ne pouvait apporter la preuve matérielle qu’elle résidait bien à Bruxelles, c’est parce qu’elle logeait chez des amis. Mais les relevés de son badge prouvent que l’assistante n’aurait passé que trois heures au Parlement européen entre le 1er octobre et le 31 décembre 2014.

Outre Catherine Griset, les sommes perçues pour rémunérer également comme assistant Thierry Légier, son garde du corps, devraient aussi faire l’objet d’une procédure de recouvrement ultérieure, pour plus de 41.500 euros.