François Fillon, le 28 janvier 2017, dans son QG à Paris.
François Fillon, le 28 janvier 2017, dans son QG à Paris. — ERIC DESSONS/JDD/SIPA

JUSTICE

PenelopeGate: Pourquoi François Fillon se donne quinze jours

Le candidat LR parie sur le temps de l’enquête préliminaire comme sur le temps médiatique…

« J’ai employé ma femme comme assistante parlementaire, elle a été rémunérée légalement et à des niveaux normaux. Une enquête est en cours, je m’en réjouis. On a quinze jours à tenir. Dans quinze jours, on aura le résultat. » François Fillon s’est donné deux semaines pour se sortir du PenelopeGate (entre autres affaires), dans une allocution ce mercredi midi devant les parlementaires de sa famille politique. Pourquoi cette date-limite ? 20 Minutes résume les différentes raisons.

 

>> A lire aussi : Trois scénarios si François Fillon était éjecté de la présidentielle

Quinze jours en temps judiciaire

L’enquête préliminaire ouverte par le parquet national financier avance très vite. François Fillon espère que, d’ici quinze jours, les preuves qu’il a apportées et qu’il compte encore donner à la justice permettront de clore cette enquête. Trois possibilités :

  • Le parquet national financier juge effectivement que les éléments fournis par le couple prouvent que Penelope Fillon a effectué son travail d’assistante parlementaire et l’affaire est classée sans suite ;
  • L’enquête du parquet met en évidence des « éléments graves et concordants » permettant l’ouverture d’une information judiciaire, auquel cas un juge d’instruction est saisi et peut mettre François Fillon en examen s’il l’estime nécessaire ;
  • Les preuves (ou l’absence de preuves d’un vrai travail, en l’occurrence) sont tellement évidentes à l’issue de l’enquête préliminaire que le parquet national financier décide de renvoyer François Fillon en citation directe devant le tribunal correctionnel.

Quinze jours en temps médiatique et politique

« Rien n’est décisif en politique », pas même quand les polémiques volent vers vous en escadrille, « dans quinze jours, on n’en parlera plus ». Et c’est Franz-Olivier Giesbert qui l’a dit sur le plateau de Salut Les Terriens ! samedi. Peut-être François Fillon parie-t-il sur un essoufflement de la polémique.

 

Mais l’éditorialiste du Point, dont l’épouse dirige La Revue des deux mondes et qui signe lui-même dedans (publication dont Penelope Fillon a été salariée pendant deux ans et qui a été perquisitionnée dans le cadre de l’enquête préliminaire), n’avait probablement pas anticipé qu’autant d’informations supplémentaires fuites sur le couple Fillon entre-temps. D’autant que d’autres révélations sont promises par Elise Lucet dans Envoyé Spécial jeudi soir.

 

Quinze jours… d’ici la Saint-Valentin avec Bayrou ?

Ok, ce n’est certainement pas ce que François Fillon a en tête, mais on extrapole un peu : dans quinze jours, c’est la Saint-Valentin, et c’est aussi la date à laquelle François Bayrou compte annoncer s’il se présente à la présidentielle. Sauf que la possibilité d’une lune de miel entre le président du Modem et le candidat LR s’est encore éloignée avec les polémiques Fillon.

Le premier, qui hésite à candidater, a fait un grand pas mardi soir, sans en lâcher trop non plus, rappelant au sujet de Fillon que « je n’ai pas passé d’accord avec le candidat de la droite, parce que je trouvais son projet injuste ». Bayrou a senti l’appel d’air en cas de chute de l’ancien Premier ministre, judiciaire ou dans les sondages. « Au point où nous sommes, cette décision n’est pas prise. J’ai dit la mi-février », a-t-il précisé.