Affaire Penelope Fillon: Bertrand, Baroin, Juppé... Les noms évoqués pour remplacer Fillon

ÉVICTION Plusieurs élus à droite préparent déjà le retrait de François Fillon, empêtré dans les affaires...

T.L.G.

— 

François Baroin sera l'avocat de la Voix de l'enfant dans l'affaire Morandini
François Baroin sera l'avocat de la Voix de l'enfant dans l'affaire Morandini — ALLARD- POOL/SIPA

La candidature fumait encore, que déjà, les prétendants à droite manœuvraient dans l’ombre. Acculé par les révélations, François Fillon a vu mercredi plusieurs parlementaires LR lâcher le champion de la primaire organisée en novembre.

« Nous ne pouvons pas continuer avec un candidat aujourd’hui en extrême difficulté », a estimé le député sarkozyste Georges Fenech, disant « exprimer tout haut ce que beaucoup, beaucoup de parlementaires pensent tout bas ». Plusieurs noms sont évoqués pour remplacer l’ancien Premier ministre en cas de retrait. Voilà les quatre principaux.

Alain Juppé

Alain Juppé, 2016.

Point fort : Il est arrivé second à la primaire en obtenant près de 1.5 million de voix au second tour face à François Fillon. Son nom a déjà été évoqué par plusieurs députés, comme le député LR Philippe Gosselin, soutien d’Alain Juppé à la primaire. « Je lui lance un appel pour qu’il réfléchisse à la possibilité de prendre le relais de François Fillon. »

Point faible : La candidature du maire de Bordeaux ne serait pas forcément vue d’un bon œil par toute la droite. Son positionnement pourrait apparaître en décalage avec le souhait des électeurs de droite. Autre problème : son âge. « Avec Macron et Hamon, Juppé va quand même avoir un problème générationnel », tacle un élu de droite sur France 2. Surtout, Alain Juppé a redit mercredi soir qu'« en toute hypothèse, […] ne serait pas le Plan B ». « J’ai dit la semaine dernière ce que je pensais et je n’ai pas varié », a-t-il ajouté devant des journalistes à Bordeaux.

François Baroin

François Baroin sera l'avocat de la Voix de l'enfant dans l'affaire Morandini

Point fort : Pas de problème générationnel pour François Baroin (51 ans). Le quinqua serait soutenu par Nicolas Sarkozy. L’ancien chiraquien pourrait d’ailleurs réussir la synthèse entre les sarkozystes, les juppéistes et les fillonistes. Son discours rassembleur dimanche au meeting de Fillon a été salué par plusieurs élus de droite.

Point faible : Le maire de Troyes n’a pas l’expérience d’Alain Juppé ou de Nicolas Sarkozy. Ses attaques pendant la campagne de la primaire pourraient avoir laissé des traces.

Xavier Bertrand

Xavier Bertrand en meeting à Valenciennes le 10 décembre 2015

Point fort : L’ancien ministre de la Santé a pris soin de ne pas s’engager dans la campagne de la primaire. Mais ça ne lui a pas empêché de voter, et pour le vainqueur du scrutin en plus. Un sénateur filloniste confie au Parisien. « C’est sûr qu’il y pense forcément… Il a battu Marine Le Pen aux dernières régionales et sa fibre droite sociale serait de nature à rassurer les électeurs troublés par le programme radical de Fillon. »

Point faible : En choisissant de se consacrer à sa région, et en ne s’engageant pas dans la primaire, Xavier Bertrand a un peu disparu des écrans, et manque de notoriété auprès du grand public.

Gérard Larcher

Le président du Sénat Gérard Larcher à Bordeaux le 12 janvier 2015

Point fort : Le président du Sénat est un (des rares) filloniste historique et dispose ainsi de nombreux soutiens parmi les nombreux sénateurs qui avait rallié la candidature de l’ancien Premier ministre.

Point faible : Il est peu connu du grand public et a tenté de défendre François Fillon de manière, disons maladroite, il y a quelques jours.