Que faisait Fillon des 5.770 euros d’indemnité parlementaire, si ce n’était pas pour sa permanence ?

PENELOPEGATE Son avocat, en voulant défendre François Fillon, a jeté la suspicion sur le reste des collègues parlementaires du candidat LR…

Olivier Philippe-Viela

— 

François Fillon à Paris, le 18 janvier 2017.
François Fillon à Paris, le 18 janvier 2017. — CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Que faisait François Fillon de ses 5 770 euros mensuels de réserve parlementaire depuis presque 40 ans, au fil de ses différents mandats de député dans la Sarthe et à Paris (1981-2017) ? Apparemment, la somme ne servait pas à louer sa permanence, alors que c’est le but principal de cette enveloppe : « Il se trouve que François Fillon n’avait pas de permanence en tant que député. Cette permanence, elle se situait à leur domicile. À votre avis, qui est au domicile ? Eh bien, c’est Penelope Fillon. »

>> A lire aussi : Deux des enfants Fillon aussi employés comme assistants parlementaires pour 84.000 euros brut

La permanence de François Fillon, au temps où il était député de la Sarthe (1981-2012) n’aurait jamais existé, et c’est son avocat qui l’a dit lundi soir, sur RTL et sur BFMTV. À en croire Antonin Lévy, à chaque fois qu’ils avaient une question, les administrés de l’ancien député de la 4e circonscription du département se rendaient donc dans l’imposante bâtisse exhibée à l’été 2013 par Paris Match.

Les habitants de Sablé-sur-Sarthe avaient l’habitude de contacter leur député à la mairie

Or, Penelope Fillon n’a jamais été vue ni présentée comme la collaboratrice parlementaire de son mari, ni dans la Sarthe, ni à Paris (elle n’avait pas de badge pour la chambre basse). Libération, en reportage à Sablé-sur-Sarthe, rapporte que les administrés en question avaient l’habitude de contacter leur député à la mairie, où Penelope Fillon n’avait pas de bureau. Mais jamais au manoir.

En outre, entre 2002 et 2007, elle a été collaboratrice non pas de son mari, mais du suppléant de François Fillon, Marc Jouleau. Penelope Fillon était rémunérée jusqu’à 7 900 euros brut à cette période, selon Le Canard enchaîné. La permanence de Marc Jouleau se trouvait-elle également au manoir des Fillon, si l’on suit la logique de leur avocat ? L’actuel maire de Sablé-sur-Sarthe refuse de s’exprimer depuis le début de la polémique, mais il doit être entendu dans le cadre de l’enquête ouverte pour détournement de fonds publics.

 

Aussi gaffeur que son philosophe de père Bernard-Henri, l’avocat, en voulant défendre son client, a mis en lumière une pratique des parlementaires méconnue : la domiciliation de leur permanence dans leur maison/appartement/manoir. Alors que le candidat à la présidentielle est soupçonné, entre autres révélations qui se multiplient, d’avoir donné un emploi fictif de collaboratrice parlementaire à son épouse pour un montant d’environ 900 000 euros, Penelope Fillon aurait donc effectué son job depuis le manoir de Beaucé, dans la Sarthe.

Yves Calvi, le journaliste qui interviewait le conseil de François Fillon, n’en a pas cru ses oreilles, Antonin Lévy donnant cette information comme s’il s’agissait d’une pratique habituelle.

« C’est très courant et vraiment pas un problème »

Les députés sont en théorie censés utiliser leur indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) de 5 770 euros pour, entre autres, louer leur permanence. Alors que l’ONG Transparency International suit le sujet de la réserve parlmentaire de près, sa chargée de plaidoyer, Elsa Foucraut, n’a jamais entendu parler du fait qu’un député puisse domicilier sa permanence chez lui : « Que ça existe à la marge, peut-être, mais à grande échelle, clairement non. Il y a parfois une confusion avec des permanences de députés installées dans la mairie quand l’élu cumule avec une fonction de maire, mais une permanence à domicile… »

« Certains pourraient dans ce cas être tentés de placer leur permanence chez eux pour payer des charges importantes comme l’électricité avec l’argent public », explique Jean-Christophe Picard, président de l’association de lutte contre la corruption Anticor.

>> A lire aussi : Collaborateur parlementaire. «Ça fonctionne comme dans une baraque à frites»

Contacté par 20 Minutes, le député PS René Dosière, spécialiste des questions de finances publiques, lâche pourtant le morceau : « C’est très courant et vraiment pas un problème. » Combien de députés font ça ? « Ça dépend des députés, je ne pourrais pas vous donner de chiffre. » Est-ce encadré par la loi ? « Absolument pas, il n’y a pas besoin. » Donc beaucoup de collaborateurs parlementaires ont l’habitude de travailler au domicile de leur député ? « Bien sûr, s’il a une grande maison, par exemple. » OK. Assurément, François Fillon a une grande maison.

L’utilisation de l’indemnité parlementaire soumise à aucun contrôle

Mais l’utilisation de cette somme de 5 770 euros brut et exonérée d’impôts sur le revenu n’est soumise à aucun contrôle. Cette absence de transparence est pointée par plusieurs associations citoyennes, ainsi que par l’ONG Transparency International, qui demande dans ses onze recommandations aux candidats à la présidentielle « la publication, dans un format ouvert et standardisé, des données sur les dépenses réalisées avec les indemnités perçues ».

Néanmoins, depuis 2015, après une série de polémiques, les députés ont désormais obligation d’avoir un compte dédié à l’IRFM (voire la dernière « imprécision de langage » de François Fillon pendant son meeting dimanche), avec interdiction de faire de virement vers un compte personnel. À la fin de leur mandat, ils sont obligés de reverser « la part non consommée » de l’enveloppe.