Affaire Penelope Fillon: Les enquêteurs à l'Assemblée nationale et le suppléant de Fillon entendu mercredi par le parquet

JUSTICE Les enquêteurs veulent récupérer des documents permettant de faire le jour sur l’emploi fictif dont aurait pu bénéficier Penelope Fillon…

afp

— 

Pénélope et François Fillon
Pénélope et François Fillon — WITT/SIPA

L’enquête semble progresser vite. Au lendemain de l’audition de François Fillon et de son épouse, Penelope, accusée d’avoir exercé un emploi fictif auprès de son mari député, les enquêteurs se sont rendus ce mardi matin à l’Assemblée nationale, dans le bureau du candidat du député de Paris, afin de se faire remettre des documents, indique l’AFP, confirmant l’information de plusieurs médias dont France Inter et Marianne. Selon la radio publique, il s’agirait notamment de mettre la main sur les contrats de Penelope Fillon.

>> A lire aussi : Comment François Fillon va-t-il organiser sa défense?

Le suppléant de François Fillon, Marc Joulaud (LR), sera également entendu ce mercredi par le parquet financier.

Le groupe LR fait bloc

Les sources divergent toutefois sur la nature de la visite des enquêteurs au Palais-Bourbon. Le chef de file des députés LR, Christian Jacob, a déclaré en conférence de presse avoir été informé dans la matinée d’une « perquisition » par le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, plusieurs sources parlementaires évoquant également une perquisition « en cours » au bureau de l’ancien Premier ministre. Mais d’autres sources, proches de l’enquête, évoquaient plutôt auprès de l’AFP une remise de documents.

« François Fillon a souhaité que la justice aille le plus rapidement possible », a ajouté Christian Jacob. « Il n’y a pas de raison de douter de l’indépendance de la justice », a-t-il fait valoir. « Le groupe fait bloc autour de François Fillon. Il a le soutien unanime des députés », a-t-il assuré.

Perquisition ou non, ce n’est pas la première fois que les enquêteurs se déplacent. La semaine dernière, dans l’autre volet de l’affaire, les enquêteurs avaient perquisitionné les locaux de la Revue des deux mondes, dont le propriétaire, l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière, proche de François Fillon, a été par ailleurs entendu lundi à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), à Nanterre près de Paris.