Présidentielle 2017: Hamon maintient «le cap du revenu universel» mais «n'est pas fermé à enrichir son projet»

ELECTION « Je souhaite qu’on vote pour ce que je propose, pas seulement pour rejeter François Fillon ou Marine Le Pen », a déclaré le vainqueur de la primaire de gauche…

H. B.

— 

Benoît Hamon sur le plateau du «20 heures», lundi 30 janvier.
Benoît Hamon sur le plateau du «20 heures», lundi 30 janvier. — France 2

C’était sa toute première interview depuis son écrasante victoire dimanche à la primaire de la Belle alliance populaire. Invité lundi soir au journal télévisé de France 2, Benoît Hamon a d’emblée déclaré qu’il maintenait «  le cap du revenu universel », tout en défendant le programme qui lui « a permis de réunir plus d’un million d’électeurs ».

« Il faut pouvoir se projeter dans un avenir désirable », a-t-il martelé face à David Pujadas. « Le futur désirable, c’est que nos enfants puissent eux-mêmes avoir des enfants dans un monde respirable. Que les nouvelles générations soient aussi bien protégées que nous l’avons été », a ajouté le candidat de la gauche à la présidentielle.

« Je ne suis pas fermé au fait d’enrichir mon projet, au contraire »

Benoît Hamon a toutefois insisté sur la nécessité d’un rassemblement, notamment avec l’aile droite de son parti. « Il y a dans ce quinquennat des éléments évidemment positifs […] Je ne suis pas fermé au fait d’enrichir mon projet, au contraire. Mais je souhaite qu’on vote pour ce que je propose, pas seulement pour rejeter François Fillon ou Marine Le Pen. »

>> A lire aussi : Pourquoi le front Jadot-Hamon-Mélenchon ne se fera jamais

Le vainqueur de la primaire a de nouveau tendu la main au Front de gauche et à Europe Ecologie Les Verts (EELV). « Je n’ai pas eu Jean-Luc Mélenchon au téléphone. Je dois voir Yannick Jadot demain. Si Emmanuel Macron est de gauche, nous discuterons. […] Je ne veux pas réduire le rassemblement à des questions d’appareils », a-t-il déclaré.

Malgré les nombreuses difficultés à venir, Benoît Hamon s’est toutefois montré très optimiste pour la suite de sa campagne. « Le plus beau jour de ma vie politique sera peut-être en mai. »