Présidentielle 2017: Pierre Bergé soutient Macron car «il n’y a pas d’autre choix aujourd’hui»

ELECTION Le leader d’En Marche ! sera « le président qui nous conduira vers une social-démocratie », a-t-il tweeté…

20 Minutes avec AFP

— 

Pierre Bergé, le 3 mai 2011.
Pierre Bergé, le 3 mai 2011. — J. SAGET / AFP

C’est « un soutien sans la moindre restriction ». Le mécène Pierre Bergé, copropriétaire du Monde, a annoncé ce lundi sur Twitter qu’il soutenait Emmanuel Macron « pour être le président qui nous conduira vers une social- démocratie ».

« Il n’y a pas d’autre choix aujourd’hui », a-t-il précisé au lendemain de la victoire de Benoît Hamon à la primaire du PS. « Si Valls avait gagné, par amitié pour Valls, j’aurais voté pour lui. Mais j’assiste avec tristesse à la décrépitude du PS, à la fin du PS. »

« C’est un ami personnel, lui et sa femme »

« Mon soutien est évidemment logique, naturel. Il y a longtemps que je soutiens Emmanuel Macron, c’est un ami personnel, [ainsi que] sa femme », a-t-il dit. « Il y a très longtemps que je fais confiance à la jeunesse, qui n’est pas un handicap mais un avantage. »

>> A lire aussi : Fillon, Macron, Mélenchon, Hamon… Qu’est-ce qui se passe avec les noms de politiques en «on» ?

Pour lui, « c’est aussi un gros avantage que Macron n’ait jamais été élu, tripatouillé dans des affaires politiciennes ». « Ceux qui disent qu’il n’a pas de programme sont des imbéciles. Le programme est clair et évident, a-t-il ajouté. Il aura la stature d’un président de la République et nous emmènera vers une social-démocratie. »

« Je suis prêt à (lui) trouver des concours financiers »

Interrogé sur le positionnement d’Emmanuel Macron, Pierre Bergé a estimé qu'« il penche à gauche, évidemment, mais il ne veut pas être pris pour un socialiste ». « Il a eu bien raison de quitter ce gouvernement où on n’a pas voulu appliquer les réformes qu’il voulait faire », a-t-il fait valoir.

>> A lire aussi : Macron. Elus, patrons, médias... Qui sont les soutiens du candidat «hors système»?

En ce qui concerne un soutien financier à la campagne d’En Marche !, Pierre Bergé a rappelé qu’il n’avait, dans le cadre de la loi, « pas le droit de donner plus de 7 500 euros ». « Mais je suis prêt à [lui] trouver des concours financiers, si je les trouve, et à l’aider par n’importe quel moyen », a-t-il affirmé.