Les opposants de Fillon le pressent de dévoiler les clients de son cabinet de conseil

TRANSPARENCE En cause, sa société 2F Conseil... 

20 Minutes avec AFP

— 

François Fillon sur le plateau de TF1, le 26 janvier 2017.
François Fillon sur le plateau de TF1, le 26 janvier 2017. — Pierre CONSTANT / POOL / AFP

François Fillon serait-il de nouveau au cœur de la tourmente ? Le candidat de la droite à la présidentielle, déjà soupçonné d’avoir fourni un emploi fictif à sa femme et d’avoir bénéficié d’un détournement de fonds publics au Sénat, est sommé par ses opposants de s’expliquer sur les clients de sa société 2F Conseil.

>> A lire aussi : Oups, François Fillon a-t-il encore dit une bêtise en affirmant n'avoir qu'un seul compte bancaire?

Vendredi, c’est Florian Philippot, vice-président du Front national (FN), qui évoqué les clients de la société de François Fillon. « La question c’est, qui sont les clients de François Fillon dans cette société, et notamment quelles puissances étrangères ? […] Maintenant qu’il veut diriger la diplomatie de la France, on doit savoir quelles puissances étrangères [l’ont] enrichi », a dit le député européen sur le plateau de France 24, également interrogé sur l’affaire Penelope Fillon.

Le consulting, une source de conflit d’intérêt potentielle

Ce lundi, c’est Yannick Jadot, candidat EELV à la présidentielle qui s’est exprimé au sujet de 2F Conseil. « Pendant 5 ans, François Fillon a quadruplé son salaire de député. […] Il a touché 17.000 euros par mois de clients dont il cache l’identité. Ce qui circule, c’est que François Fillon aurait travaillé pour des sociétés russes […]. On comprendrait alors la complaisance vis-à-vis de Vladimir Poutine », a-t-il dit au micro de RMC/BFMTV.

Selon Le Canard Enchaîné qui a eu accès à ses comptes, l’entreprise a rapporté à François Fillon entre 2012 et 2015, un salaire mensuel de près de 18.000 euros. « L’essentiel de l’activité de 2F Conseil est constitué des conférences données par François Fillon », avait indiqué l’équipe de François Fillon à l’hebdomadaire.

Le consulting, source potentielle de conflits d’intérêts, est interdit à chaque député qui commence cette activité si elle n’était pas la leur « avant le début de son mandat ». Ce qui n’est pas le cas de François Fillon, élu député de Paris le 17 juin 2012, qui a pris soin d’enregistrer les statuts de son entreprise au greffe du tribunal de commerce de Paris le 6 juin 2012. Soit 11 jours avant.