Primaire de la gauche: Des journalistes ont (encore) pu voter plusieurs fois

SCRUTIN De telles irrégularités avaient déjà été constatées lors du premier tour...

C. Ape.

— 

Un bureau de vote du second tour de la primaire de gauche, 29/01/17.
Un bureau de vote du second tour de la primaire de gauche, 29/01/17. — DAMIEN MEYER / AFP

Lors du premier tour de la primaire de la gauche, des journalistes avaient pu voter deux fois. Dimanche, lors du second tour du scrutin, qui a vu Benoît Hamon l’emporter face à Manuel Valls, certains ont réussi à voter jusqu’à quatre fois.

Et la faille utilisée est à chaque fois la même : elle concerne les personnes qui ont récemment déménagé. Comme l’explique franceinfo les électeurs doivent être inscrits sur les listes électorales du bureau où ils votent pour glisser leur bulletin dans l’urne. Ceux qui ont changé d’adresse avant le 31 décembre 2016 ont toutefois la possibilité de voter en présentant une attestation d’inscription ou une demande d’inscription sur les listes électorales dans leur nouveau bureau de vote.

Faille du système

Les noms des nouveaux votants sont alors inscrits à la main sur le registre par les assesseurs. Les changements dans leur nouveau bureau de vote ne prendront effet qu’au 1er mars, quand les listes électorales seront mises à jour, à temps pour les élections présidentielle et législative.

>> A lire aussi : Hamon, vainqueur de la primaire, une «belle victoire» saluée par le PS

Que se passe-t-il alors pour la primaire ? « Dans ce cas, votre bureau de vote […] correspond à votre nouvelle adresse postale », précise le site officiel. C’est ainsi que des journalistes du site BuzzFeed, de l’émission « C Politique » sur France 5 et d’une télévision locale tahitienne ont pu voter jusqu’à quatre fois.

France 5 a pu filmer en caméra cachée ces votes.


« C Politique » a voté quatre fois à la primaire de la gauche

Assma Maad, journaliste de BuzzFeed, explique de son côté qu’à Paris, certains assesseurs ne lui ont pas demandé le justificatif d’inscription. Pourtant, la présentation d’une « pièce d’identité, ainsi que l’attestation d’inscription ou demande d’inscription sur les listes électorales de leur commune » est obligatoire pour voter, selon les règles de la primaire.

Dans un autre bureau, les assesseurs lui ont demandé le document. Elle a alors dit ne pas être au courant et a pu voter. Un bureau lui a refusé l’accès.

>> A lire aussi : François Hollande est-il le premier troll de la primaire de la gauche?

Des assesseurs pas suffisamment vigilants

Un journaliste de la télévision TNTV (Tahiti Nui Télévision) a lui pu voter deux fois. Il explique que les quatre bureaux de votes installés sur l’île « ne disposent pas des listes électorales » et dénonce un « amateurisme déconcertant ». Lors de ce second tour, les listes d’émargements étaient vierges. Elles étaient « remplies au fur et à mesure du nom des votants qui s’inscrivaient eux-mêmes au moment du vote ».

Du côté du PS, on explique que ces irrégularités sont liées « à un défaut de vigilance des assesseurs et de la présidence des bureaux », a dit à BuzzFeed Emmanuel Grégoire, le premier secrétaire de la fédération PS de Paris.

Thomas Clay, le président de la Haute autorité des primaires citoyennes, avait reconnu lors du premier tour « des incidents mineurs, marginaux, comme il y en a dans toutes les élections ». Ces irrégularités devaient pourtant être « réglées » lors du second tour.