Primaire de la gauche: François Hollande est-il le premier troll de la primaire de la gauche?

PIED DE NEZ Depuis sa renonciation, le président joue les indifférents à la chose politique... 

Armelle Le Goff

— 

Pendant que les sympathisants de gauche étaient appelés aux urnes pour le premier tour de la primaire de la gauche, François Hollande, lui, se trouvait dans le désert d'Atacama au Chili pour visiter une centrale photovoltaïque d'EDF.
Pendant que les sympathisants de gauche étaient appelés aux urnes pour le premier tour de la primaire de la gauche, François Hollande, lui, se trouvait dans le désert d'Atacama au Chili pour visiter une centrale photovoltaïque d'EDF. — S. DE SAKUTIN / AFP

Pour le premier tour de la primaire de la Belle alliance populaire, le 22 janvier,il était dans le désert de l’Atacama au Chili. Le premier débat des primaires, le 13 janvier ? François Hollande l’a bien regardé, mais pas jusqu’au bout. « Un engagement personnel », a justifié son entourage, qui a fait filtrer l’info dans la presse.

Au théâtre le soir du deuxième débat

Le soir du deuxième débat, François Hollande a préféré voir la dernière de « Seul… avec vous », la pièce de Michel Drucker, aux Bouffes-Parisiens. « J’avais promis à Michel Drucker, depuis très longtemps… Je regarderai le débat en replay », a-t-il expliqué.

Forcément, ces engagements répétés ont posé question. Voire ont fâché jusque dans l’entourage de Manuel Valls. Ce dimanche soir le locataire de l’Elysée a une nouvelle fois marqué sa distance avec l’événement : François Hollande a carrément félicité l’équipe des Experts, qui venait d’emporter la finale du Mondial de Handball face aux Norvégiens… Mais pas le candidat de la gauche, Benoît Hamon, élu avec 59 % des voix face à Manuel Valls, son ex-Premier ministre, défait.

Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle 2017 et présidente du Front national, a d’ailleurs fait la même chose.

Indifférence polie ou retrait tactique ?

« Le président a toujours dit que s’il avait souhaité peser sur la primaire, il aurait été candidat », a fait valoir auprès de l’AFP son entourage. « Et comme il a fait le choix de ne pas l’être, il entend rester le président de tous les Français et laisser vivre le débat interne à la gauche ». Cette extrême politesse pourrait-elle masquer une préférence ? François Hollande pourrait-il soutenir Emmanuel Macron, son ancien conseiller à l’Elysée ? « Je ne l’ai jamais entendu parler de cela, c’est une expression que je n’ai lue que sous la plume de journalistes ou venant de gens plus ou moins proches du président », assure son entourage. Cette inclination justifierait néanmoins son désintérêt pour les débats de son camp. Ce dimanche soir néanmoins, on a appris que Benoît Hamon, vainqueur dimanche de la primaire de la gauche à l’issue du second tour face à Manuel Valls, avait appelé François Hollande, qui lui a proposé une rencontre « au cours de la semaine », a-t-on appris auprès de l’entourage du chef de l’Etat.

>> A lire par là : A quoi va ressembler la nouvelle vie de François Hollande ?