Emmanuel Macron veut créer un «pass culture» de 500 euros pour les jeunes

JEUNESSE Inspiré du modèle italien...

C. Ape.

— 

Emmanuel Macron l'affirme, il ira au bout.
Emmanuel Macron l'affirme, il ira au bout. — Thibault Camus/AP/SIPA

On en sait un peu plus sur les objectifs d’Emmanuel Macron en matière de culture. Ce vendredi matin, le candidat à la présidentielle a affirmé sur France culture que ses propositions étaient « au cœur du projet politique qu'[il] porte, qui est un projet d’émancipation ». Il a également dévoilé son projet via une courte vidéo publiée sur Twitter.

S’il accédait au sommet de l’Etat, le fondateur d’En marche ! mettrait en place un « pass jeune culture » de 500 euros. Il a souligné qu’il ne s’agissait pas « de 500 euros chaque année, je vous rassure. Je ne propose pas le revenu universel, même dégradé […]. Le jour de vos 18 ans vous avez 500 euros pour pouvoir acheter des livres, accéder à des contenus culturels, sur une plateforme qui sera gérée par le ministère. »

Un air d’Italie

Son projet n’est pas sans rappeler celui du président du conseil italien Matteo Renzi. En septembre dernier, le gouvernement italien a décidé d’envoyer un pass culturel de 500 euros aux quelque 574.000 Italiens devenus majeurs en 2016. Ce pass est disponible via une application nommée « 18app », depuis laquelle les jeunes Italiens peuvent créer et imprimer leurs coupons en fonction de leurs besoins du moment.

>> A lire aussi : Les séries ne sont de la culture que pour 13% des Français. C'est une blague?

Le projet, d’un coût de 290 millions d’euros, encourage les jeunes à découvrir la culture de leur pays et entend les éloigner du terrorisme.

« Ça marche formidablement » a estimé Emmanuel Macron. Pour financer cette version française du pass culturel, Emmanuel Macron entend s’appuyer sur l’État « pour une partie très minoritaire » mais aussi par les diffuseurs, et par les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Selon Le Figaro, qui cite le porte-parole d’Emmanuel Macron, Richard Ferrand, les GAFA, bien qu’elles n’aient pas encore réagi, ont déjà été « sensibilisées à cette proposition ». Le porte-parole explique que les jeunes, lorsqu’ils ont peu de moyens, « font passer les expositions, le cinéma ou l’achat de livres en dernier ».