VIDEO. Affaire Penelope Fillon: S'il est mis en examen, François Fillon renoncera à la présidentielle

#PENELOPEGATE Invité jeudi au journal télévisé de TF1, l’ancien Premier ministre a pris la défense de sa femme accusée d’avoir occupé un emploi fictif pendant plusieurs années…

C. Ape. avec AFP
— 
François Fillon sur TF1, le 3 janvier 2017. Crédit Witt
François Fillon sur TF1, le 3 janvier 2017. Crédit Witt — SIPA

Au cœur de la tourmente, François Fillon est revenu ce jeudi sur ce que l’on nomme le #PenelopeGate. Sur le plateau de TF1, l’ancien Premier ministre a fermement démenti que son épouse Penelope ait bénéficié d’emplois fictifs, une « accusation abjecte », assurant qu’il ne renoncerait à la présidentielle que s’il était mis en examen.

Invité au journal télévisé de TF1, le Sarthois a répondu par l’affirmative à la question de Gilles Bouleau, lui demandant si son épouse avait travaillé pour lui. « Il n’y a pas le moindre doute, mon épouse a travaillé pour moi comme collaboratrice parlementaire pendant des années », a-t-il déclaré.

François Fillon a également tenu à préciser que sa femme a travaillé à ses côtés comme attachée parlementaire entre 1997 et 2007, avant une parenthèse alors qu’il était à Matignon, puis après 2012. « Il m’est arrivé de rémunérer mes enfants, avocats, pour des missions », a révélé François Fillon. Mais depuis 2013, plus aucun membre de sa famille ne travaille pour lui, a souligné le vainqueur de la primaire à droite.


« J’ai le cuir épais », a-t-il tonné, avant de louer les qualités de sa femme. « Vous ne savez pas combien elle souffre. Je l’aime et je la protégerai. Je dis à tous ceux qui s’en prendront à elle qu’ils me trouveront en face », a prévenu l’ancien Premier ministre.

François Fillon se défend

« Tout le monde le savait… Pourquoi cette affaire explose à quelques mois de l’élection présidentielle ? », s’est-il interrogé. « Je savais qu’en me présentant à l’élection présidentielle j’allais affronter toutes les calomnies, mais pas celle-là, pas celle qui consiste à attaquer ma femme pour m’atteindre », a déclaré François Fillon, et, « à l’évidence, pour essayer de m’abattre comme candidat à l’élection présidentielle ». « Il n’y a qu’une seule chose qui m’empêcherait d’être candidat, c’est si c’est mon honneur était atteint, si j’étais mis en examen », a-t-il précisé.


Une enquête a été ouverte mercredi par le parquet national financier pour « détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel », après les révélations du Canard enchaîné sur les rémunérations qu’aurait perçues Penelope Fillon.

Pendant huit ans, la femme de François Fillon aurait été payée comme attachée parlementaire de son mari ou du suppléant de celui-ci, selon l’hebdomadaire. François Fillon a annoncé qu’il « portera plainte contre les journaux affirmant que sa femme avait un emploi fictif ».