Primaire à gauche: Invité du «20 heures», Manuel Valls tire à vue contre Benoît Hamon

ATTAQUE L'ancien Premier ministre a fait feu de tout bois...

G. N. avec AFP

— 

Manuel Valls sur le plateau du «20 heures» de TF1, lundi 23 janvier.
Manuel Valls sur le plateau du «20 heures» de TF1, lundi 23 janvier. — Lionel BONAVENTURE / AFP

En ballotage défavorable pour le second tour de la primaire à gauche, Manuel Valls n’est pas résigné pour autant. Invité ce lundi du 20 Heures de TF1, l’ancien favori des sondages a pilonné les points faibles supposés de son rival Benoît Hamon, à savoir :  le revenu universel (et surtout son financement), la réduction du temps de travail, la laïcité et l’autorité.

>> A lire aussi : Revenu universel, éducation, immigration… Que propose Benoît Hamon?

Ainsi, attaque l’ancien premier ministre, Benoît Hamon « propose les 32 heures » hebdomadaires de travail, « il est le chantre de la fin du travail, il explique qu’il va répartir un revenu universel à chacun des Français, ça va se traduire par plus d’impôts et la ruine de notre budget ». « Je défendrai le sérieux budgétaire » et « la société du travail », a promis Manuel Valls.

« Semer le sable et les illusions »

« Je défendrai aussi une société de la règle et de la norme », a-t-il ajouté, reprochant à Benoît Hamon son souhait de dépénaliser le cannabis ou le fait qu’il n’ait pas voté certaines lois antiterroristes durant le quinquennat. « Je défendrai aussi une vision de la laïcité que je veux incarner, la lutte contre le communautarisme. Lui, Benoît Hamon, est ambigu sur ces questions. Et je défendrai notamment l’égalité entre les femmes et les hommes. On ne peut pas souffrir de la moindre ambiguïté quand des femmes sont interdites d’espace public. »

>> A lire aussi : Manuel Valls a choisi son angle d'attaque pour contrer Benoît Hamon

En guise de conclusion, le 2e du premier tour s’est fait un brin poète. «Le choix est clair, les options sont claires, entre Benoît Hamon, que je respecte, bien évidemment, qui défend ses idées, mais dont je considère que le projet va semer le sable et les illusions ». Or, « les illusions, c’est tout ce dont on n'a pas besoin aujourd’hui », a-t-il lancé.