Pourquoi Claude Guéant n'ira pas en prison

JUSTICE La justice a condamné en appel l’ancien lieutenant de Nicolas Sarkozy à deux ans d’emprisonnement dont un an ferme. Pourtant, l’ex-ministre n’ira sûrement pas en prison…

Martin Guimier

— 

Claude Guéant en 2015 à la sortie du Palais de justice de Paris
Claude Guéant en 2015 à la sortie du Palais de justice de Paris — ALAIN ROBERT/APERCU/SIPA

On lui reproche d’avoir distribué des primes en liquide, tout en se servant au passage. Ceci en puisant dans le budget destiné aux frais d’enquête et de surveillance des policiers. En première instance, Claude Guéant avait écopé en novembre 2015 de deux ans de prison avec sursis, en plus d’une amende de 75.000 euros et d’une interdiction d’exercer dans la fonction publique pendant cinq ans pour complicité de détournement de fonds publics et recel. Il avait fait appel une première fois, mal lui en a pris.

La sentence prononcée ce lundi par la Cour d’appel de Paris est en effet bien plus lourde que celle qui avait été rendue en première instance. Cette fois-ci, en plus du reste, c’est donc du ferme que les juges ont requis à l’encontre de l’ancien ministre de l’Intérieur. Néanmoins, les peines inférieures à deux ans de prison étant le plus souvent aménageables, il ne devrait pas faire de séjour derrière les barreaux…

>> A lire aussi : Claude Guéant mis en examen dans l'affaire des sondages de l'Elysée

Pourvoi en cassation

Un traitement de faveur ? « Absolument pas », assure Léon-Lef Forster, avocat de Julien Dray, « en France, les peines de prison sont toujours aménagées lorsqu’elles sont inférieures à deux ans, et que l’accusé ne présente pas de comportements à risques ». L’ex-ministre a fait savoir, par la voix de son avocat Me Philippe Bouchez-El Ghozi, qu’il allait former un pourvoi en cassation. « Cela prend un an en général », précise le conseil de Julien Dray.

« En attendant, M. Guéant n’effectuera aucune peine, et bénéficiera quand même de l’aménagement de peine dans un an », ajoute l'avocat. Pas de favoritisme donc, pour l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, qui bénéficie des mêmes droits que monsieur tout-le-monde.