Primaire à gauche: Il en pense quoi François Hollande?

NO COMMENT Le chef de l'Etat a séché le scrutin, mais assure toutefois s'intéresser à la vie politique française...

A.B.

— 

Pendant que les sympathisants de gauche étaient appelés aux urnes pour le premier tour de la primaire de la gauche, François Hollande, lui, se trouvait dans le désert d'Atacama au Chili pour visiter une centrale photovoltaïque d'EDF.
Pendant que les sympathisants de gauche étaient appelés aux urnes pour le premier tour de la primaire de la gauche, François Hollande, lui, se trouvait dans le désert d'Atacama au Chili pour visiter une centrale photovoltaïque d'EDF. — S. DE SAKUTIN / AFP

Alors que le Parti socialiste vivait ce dimanche avec le premier tour de la primaire de la gauche une journée cruciale pour son avenir, François Hollande, lui, était à mille lieues de ces considérations. En visite officielle au Chili et en Colombie, le président a séché le scrutin. S’il ne veut « pas faire de commentaires », il a toutefois assuré « s’intéresse[r] à la vie politique française ».

« Je ne veux pas faire de commentaires ici. Après »

Pendant que les sympathisants de gauche étaient appelés aux urnes pour désigner celui ou celle qui se présentera pour lui succéder, François Hollande a brillé par son absence. En déplacement au Chili, celui qui a dirigé le Parti socialiste dix ans durant n’a pas participé au scrutin. Depuis l’autre bout du monde, François Hollande a d’ailleurs indiqué qu’il ne voulait « pas faire de commentaires » sur le premier tour de la primaire initiée par le PS. Mais « je m’intéresse à la vie politique française », a-t-il ajouté. « Si c’était le contraire, on dirait qu’il y a un problème », a déclaré le chef de l’Etat à des journalistes, en marge d’une réception à la résidence française de Santiago. « Je ne veux pas faire de commentaires ici. Après », a-t-il laconiquement déclaré.

Alors que dans la journée de dimanche, 1,6 million de personnes ont voté au premier tour de cette primaire qui a désigné Benoît Hamon et Manuel Valls pour s’affronter au second tour du scrutin de la gauche, le chef de l’Etat, lui, a visité la maison familiale de l’ancien président Salvador Allende avant de se rendre dans le désert d’Atacama.

Accusé d'« abandon de poste »

Photographié dans ce paysage lunaire, François Hollande a visité une centrale photovoltaïque d’EDF. Auparavant, François Hollande avait montré son détachement en assistant à la dernière de la pièce de Michel Drucker au moment où les sept candidats en lice s’affrontaient lors d’un débat télévisé d’avant le premier tour. Une attitude qui lui a valu plusieurs critiques, certains estimant qu’il se dérobait. « Au sens propre, pas au sens figuré, il est passé du théâtre au désert », a ainsi déclaré sur BFMTV François Kalfon, le directeur de campagne d’Arnaud Montebourg, au soir du premier tour, qui a parlé d’un « abandon de poste ».

Dans la soirée, le chef de l’Etat est arrivé à Bogota pour une visite officielle de deux jours en Colombie.

Mais dimanche prochain, lors du second tour de la primaire de la gauche, il devrait être sur le sol français. Mais personne ne sait pour l’heure s’il se rendra dans son bureau de vote corrézien de Tulle pour glisser dans l’urne un bulletin au nom de Benoît Hamon ou Manuel Valls.