Primaire à gauche: Valls n'est «pas déçu» du résultat

ACTU Le député des Yvelines Benoît Hamon est arrivé dimanche en tête à l'issue du premier tour de la primaire du PS et ses alliés, devant l'ex-Premier ministre Manuel Valls...

A.-L.B. avec AFP

— 

Manuel Valls, le soir du 1er tour de la primaire à gauche, dimanche 22 janvier.
Manuel Valls, le soir du 1er tour de la primaire à gauche, dimanche 22 janvier. — LCI

L'ESSENTIEL

  • Benoît Hamon et Manuel Valls se sont détachés et se qualifient pour le second tour
  • Environ 1,6 million de personnes ont voté, loin derrière l'engouement pour la primaire à droite
  • Le second tour de la primaire PS se joue dimanche 29 janvier

 

A LIRE AUSSI

«Petit Benoît» Hamon a fait flancher Manuel Valls

Manuel Valls qualifié mais en difficulté à l'issue du premier tour

Revivre le live de la soirée du premier tour de la primaire socialiste

 

22h40: Fin de ce live

C'est la fin de ce live. Merci de nous avoir suivis. Rendez-vous demain sur 20minutes.fr pour suivre l'actualité de la primaire à gauche. Bonne soirée.

20h54 : Manuel Valls promet de défendre « le sérieux budgétaire », « la société du travail » et « la lutte contre le communautarisme »

« Je défendrai le sérieux budgétaire » et « la société du travail », a promis M. Valls. « Je défendrai aussi une société de la règle et de la norme », a-t-il ajouté, reprochant à M. Hamon son souhait de dépénaliser le cannabis ou le fait qu’il n’ait pas voté certaines lois antiterroristes durant le quinquennat.

« Je défendrai aussi une vision de la laïcité que je veux incarner, la lutte contre le communautarisme. Lui, Benoît Hamon, est ambigu sur ces questions. Et je défendrai notamment l’égalité entre les femmes et les hommes. On ne peut pas souffrir de la moindre ambiguïté quand des femmes sont interdites d’espace public », a encore tancé l’ancien maire d’Evry.

20h33: Benoît Hamon «est le chantre de la fin du travail», selon Manuel Valls

Manuel Valls a affirmé sur TF1 que le revenu universel proposé par son adversaire serait «la ruine de notre budget».

Benoît Hamon «propose les 32 heures» hebdomadaires de travail, «il est le chantre de la fin du travail, il explique qu'il va répartir un revenu universel à chacun des Français, ça va se traduire par plus d'impôts et la ruine de notre budget», a attaqué l'ancien Premier ministre, en difficulté pour le second tour de ce scrutin prévu dimanche.

20h18: Manuel Valls n'est «pas déçu» du résultat

Invité du JT de TF1, l'ancien chef du gouvernement est revenu ce lundi sur les résultats de ce premier tour.

Alors que Gilles Bouleau lui demande s'il n'est pas déçu, l'ex-Premier ministre répond: «non parce que la confrontation est nécessaire, elle s'ouvre maintenant. Il y a au fond une nouvelle campagne qui s'ouvre. Jusqu'à maintenent il y avait sept candidats, sept personnalités, sept projets. C'était difficile. Là au moins, le choix est clair. Les options sont claires entre Benoît Hamon, que je respecte, bien évidemment, qui défend ses idées, mais dont je considère que le projet va semer le sable et les illusions», a-t-il dit.

 

20h09: Les Français majoritairement opposés au revenu universel

Six Français sur dix sont opposés à l'instauration d'un revenu universel, qui serait versé à tous les Français de leur naissance à leur mort, selon un sondage Harris pour la chaîne LCP publié lundi.

Interrogés sur une série de réformes du travail, 61% des sondés se disent défavorables au revenu universel, 38% y sont favorables. L'idée séduit tout de même une majorité de sympathisants de gauche (55%).

Le revenu universel est l'une des mesures phares du programme de Benoît Hamon, qualifié pour le deuxième tour de la primaire organisée par le PS.

19h55: Manuel Valls sera l'invité du journal de TF1 

 

19h23: Travail, environnement et sécurité au menu du dernier débat

Travail, environnement et sécurité seront au coeur du dernier débat de la primaire socialiste élargie, entre les deux finalistes Benoît Hamon et Manuel Valls, mercredi soir sur TF1, France 2 et France Inter, a indiqué TF1 à l'AFP.

A partir de 21 heures, les journalistes Gilles Bouleau (TF1), David Pujadas (France 2) et Alexandra Bensaid (France Inter) interrogeront les candidats qui auront 2 minutes par réponse, avec la possibilité de répliquer s'ils sont interpellés, et bénéficieront du même temps global de parole.

Les trois grandes thématiques abordées seront le travail, avec notamment le revenu universel, l'environnement et la transition énergétique ainsi que la sécurité, le terrorisme et l'international.

Chaque candidat disposera en outre d'1 minute 30 de carte blanche pour aborder le thème qu'il souhaite.

Les journalistes poseront également quelques questions d'internautes.

18h18: Tourret suspendu de ses fonctions au PRG pour avoir appelé à soutenir Macron

Le député du Calvados Alain Tourret a été suspendu ce lundi «de toutes ses fonctions» au PRG pour avoir appelé par écrit les élus de son département à «signer pour Emmanuel Macron» des parrainages pour la présidentielle alors que Sylvia Pinel participait à la primaire, a-t-on appris auprès du parti.

«Il y a des règles dans un parti, on n'est pas un parti caporalisé mais on ne peut pas appeler à soutenir un autre parti», a expliqué à l'AFP Eddie Aït, délégué général du Parti radical de gauche et membre de la commission de conciliation à l'origine de cette suspension.

«M. Tourret a écrit une lettre aux élus du Calvados pour les encourager à signer pour Macron quand la présidente du parti était candidate à la primaire», en vue de la présidentielle, a-t-il détaillé. Il a précisé que le député avait été auditionné par la commission de conciliation le 11 janvier et avait fini par «quitter la salle».

«On a cherché une issue qui convenait à tout le monde, en tenant compte des années d'ancienneté - 44 ans», a poursuivi Eddie Aït. Le bureau national a entériné «à l'unanimité» la décision de suspension lundi.

18h09: Anne Hidalgo appelle à voter «plus nombreux» au 2nd tour, sans consigne

La maire PS de Paris qui soutenait Vincent Peillon, éliminé, a appelé à aller voter «plus nombreux» au second tour dimanche, sans donner de consigne de vote.

Pour le second tour, «soyons encore plus nombreux à aller voter et, le moment venu, sachons tous nous rassembler autour du candidat qui sera désigné», écrit la maire de Paris sur sa page Facebook.

«Nous lui donnerons ainsi la force nécessaire pour combattre, d'une part, le projet de régression d'une droite conservatrice et, d'autre part, le péril de l'extrême droite incarnée par la famille Le Pen», ajoute-t-elle.

18h00: Mélenchon prédit la «désertion» des électeurs vers Macron et lui-même

Le candidat à la présidentielle estime que la primaire va créer une «désertion» des électeurs vers les projets portés par Emmanuel Macron et lui-même qui ont refusé de participer au scrutin.

«D'ici quelques jours, l'hémorragie vers Macron va s'amplifier. D'autres viendront vers nous. Ce n'est pas du débauchage, c'est de la clarification», affirme le candidat de la France insoumise dans un billet de blog.

«Rien ne pourra effacer la réalité: le déclin du PS est irréversible», prédit Mélenchon, estimant que «la désertion du premier cercle des électeurs est annonciatrice de celui du grand nombre le jour du vote».

De fait, il ne se prive pas de railler les tâtonnements du PS sur la participation exacte à la primaire, moquant Christophe Borgel, président du comité national d'organisation de la primaire qui lui «savait, à la centaine de milliers près, trois jours avant, combien il y aurait de votants».

16h43: François de Rugy réclame des explications à propos de la participation

Le candidat écologiste François de Rugy a réclamé lundi des «explications» des organisateurs après les doutes sur la sincérité des résultats publiés lundi matin, jugeant «inacceptable» qu'ils ne soient qu'une «projection». «Il est grand temps que la Haute autorité de la primaire et les organisateurs s'expriment. Nous venons d'apprendre que des résultats publiés ce matin n'étaient qu'une projection de chiffres évalués. C'est inacceptable», a réagi le président du Parti écologiste et député de Loire-Atlantique auprès de journalistes aux abords de l'Assemblée nationale.

16h24: Pour Fillon, il y «aura trois candidats de gauche» à la présidentielle

François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, «affrontera les adversaires qu'on lui donnera» mais constate qu'il y «aura trois candidats de gauche» à la présidentielle, a-t-il indiqué lundi en marge d'un déplacement à Berlin. «Ce que je constate simplement, c'est qu'il va y avoir trois candidats de gauche: Jean-Luc Mélenchon pour l'extrême gauche, Emmanuel Macron qui au fond va porter la politique de François Hollande, puisque c'est le seul qui ne la rejette pas, et puis sans doute les frondeurs du PS», a-t-il dit, sans citer le nom de Benoît Hamon.

16h15: «Une volonté de nuire?», s'interroge un soutien de Hamon

«Je me demande s'il y a pas eu une volonté de nuire... Tout se passait bien le matin, et le soir, une fois que le résultat est connu et Hamon en tête, les chiffres sont devenus plus brouillés bizarrement», s'agace auprès de 20 Minutes un soutien élu de Benoît Hamon. «Je pense qu'il y a eu beaucoup d'amateurisme. Les résultats locaux sont pourtant bien remontés localement. Il n'y avait pas de raison de faire des cachoteries ou de brouiller le message».

16h00: Le Parti radical de gauche entérine son soutien à Valls

Le Parti Radical de Gauche (PRG) a entériné lundi, lors d'une réunion de son bureau national, son soutien à Manuel Valls pour le second tour de la primaire. Ce soutien, indique le parti dans un communiqué, confirme l'annonce dimanche soir de sa présidente Sylvia Pinel. Sylvia Pinel a annoncé dès dimanche soir qu'elle apporterait son soutien à Manuel Valls, «le plus proche de (ses) convictions».

14h30: «Martine Aubry soutient Hamon, aucune importance», estime le porte-parole de Valls

Le député David Doucet, porte-parole de Manuel Valls, a jugé sur RTL que le soutien de Martine Aubry ou d'Arnaud Montebourg n'ont «aucune importance» dans cet entre-deux tours. «Les électeurs et les électrices aujourd’hui sont libres et chacun va se déterminer dimanche prochain. Ça vaut aussi par exemple pour l’appel d’Arnaud Montebourg», a déclaré Philippe Doucet. 


 

13h55: «Un chiffre donné sur le site non validé par la haute autorité» justifie Thomas Clay, président de la Haute autorité

Interrogé sur France Info, Thomas Clay, président de la Haute autorité, s'est justifier à propos des problèmes concernant les chiffres de la participation au premier tour de la primaire PS. L'homme a notamment évoqué «un chiffre donné sur le site [internet] non validé par la haute autorité».

«Je ne comprends pas bien cette polémique qui enfle», a-t-il par ailleurs souligné.

13h25: Pour Jadot, «un constat d'échec effroyable» de Valls

«C'est un constat d'échec effroyable: le candidat du quinquennat a fait à peine plus de 30%», a déclaré Yannick Jadot lors d'une conférence de presse, où il s'est par ailleurs dit «confiant» de trouver ses 500 parrainages pour sa propre candidature.

Pour lui, «la dynamique est plutôt en faveur de Hamon, mais s'il doit être le candidat du PS, il va être obligé de recentrer son programme pour rassembler», a-t-il regretté, le voyant même «éventuellement faire alliance avec Macron».

Il a moqué des «primaires pochettes surprises» après la victoire de François Fillon, le troisième homme, en novembre à la primaire de la droite. «On ne sait jamais ce qui va sortir», a-t-il ironisé.

13h20: A son tour, Martine Aubry déclare qu'elle votera Hamon 

Martine Aubry et ses proches, dont plusieurs parlementaires et anciens ministres, voteront pour Benoît Hamon au second tour de la primaire du PS et de ses alliés, ont-il annoncé dans un communiqué.

«Dimanche prochain, nous voterons Benoît Hamon et nous appelons les électeurs de gauche à se mobiliser nombreux pour lui donner la force, demain, de rassembler les gauches que nous n'avons jamais cru irréconciliables (...) et, après-demain, l'énergie pour conduire la France vers une société plus juste, plus forte et plus durable», écrivent la maire de Lille et vingt autres signataires.

Rediff. 20 Minutes a suivi la victoire de Benoît Hamon avec ses soutiens dimanche soir

>> Notre reportage de la soirée avec les soutiens de Benoît Hamon ici

.. et était aussi chez les soutiens de Manuel Valls à l'issue des résultats

>> Manuel Valls, une qualification au goût amer

 

 

12h15: L'ex-ministre Marylise Lebranchu et les aubrystes rallient Benoît Hamon

L'ex-ministre proche de Martine Aubry rejoint Benoît Hamon. Au Télégramme, elle explique que «le score est sans appel (...) Il en ressort une image positive pour Hamon car il est en tête mais apporte aussi de nouvelles idées. C’est pourquoi je voterai pour lui dimanche, avec l’ensemble des aubrystes. Compte tenu du contexte global et des candidats déjà déclarés pour la présidentielle, il nous faut une ligne plus à gauche», affirme-t-elle. 

 

11h50: Les résultats finaux devraient être connus lundi dans la journée, selon Thomas Clay.

Les chiffres ne seront tout à fait validés que dans la semaine, selon le président de l'autorité organisatrice.
 

 

11h45: Plus de 1,6 million de bulletins de vote selon la haute autorité de la primaire

Plus de 1,6 millions de bulletins de vote du premier tour de la primaire du PS et de ses alliés ont été comptabilisés au siège du parti lundi à 11H00, a annoncé la Haute autorité à l'AFP. «On a 1.603.518 votants, sur 92,75 % des bureaux de vote», a déclaré Thomas Clay, président de la Haute autorité de la primaire (HAPC). «Il ne reste que 412 bureaux de vote à remonter», a-t-il ajouté. Selon Thomas Clay, des «bureaux de vote ont fusionné» leurs résultats et le chiffre total seront donc inférieur aux 7.530 bureaux initialement annoncé. A 11H00 lundi, «105 bureaux de vote étaient en litige, mais c'est en train de se régler», a précisé M. Clay.

11h12: Moins de bureaux de vote qu'annoncés

Comme le rappelle Le Monde ce lundi, la haute autorité des primaires citoyennes a annoncé la mise en place de 7 530 bureaux de vote. «Or, si l’on reprend les chiffres communiqués à 10 heures, il n’y en aura eu finalement que 7 136, près de 400 de moins qu’annoncé», indique le quotidien. Par ailleurs, les résultats en % sont faux, puisque les votes blancs et nuls ont été décomptés (alors qu'ils ne devraient pas être décomptés)

11h00: François de Rugy va finalement voir Benoît Hamon à 14h30

Alors qu'il se plaignait de n'avoir «aucun contact» avec Benoît Hamon au lendemain du premier tour de la primaire à gauche, l'ex-candidat François de Rugy va finalement voir Benoît Hamon à 14h30, après avoir vu Manuel Valls en fin de matinée. 

 

11h00: La primaire est «un échec», juge Alexis Corbière, porte-parole de Mélenchon

Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, a jugé lundi que le premier tour de la primaire était «un échec», au vu de la participation. Il a ajouté que «la dynamique est clairement» du côté du candidat de la France insoumise. «C'est un échec, franchement. C'est un échec. Ils avaient fait 2,7 millions de voix en 2011», a rappelé Jean-Luc Corbière sur RMC. «Et moi j'insiste là-dessus, parce que derrière cette réalité mathématique, c'est une sanction politique. On a eu raison avec Jean-Luc Mélenchon de ne pas aller dans cette primaire».

10h50: «Il ne faut pas promettre la lune» lance un soutien de Valls

«Les Français en ont marre des promesses qui ne sont pas tenues», a jugé sur Europe 1 Didier Guillaume, directeur de campagne de Manuel Valls, à propos du projet de Benoît Hamon. Comme son candidat, l'élu juge le projet «irréaliste» du concurrent Hamon. «Dire qu'il y aurait des doux rêveurs et des réalistes, c'est déjà une preuve de suffisance, d'arrogance», a rétorqué le porte-parole de Benoît Hamon Alexis Bachelay. «C'est de la vieille politique», a-t-il encore jugé.

 

10h45: François de Rugy va voir avec Valls, mais «aucun contact» avec Hamon

François de Rugy qui a réuni 3,88% des voix au premier tour de la primaire doit rencontrer Manuel Valls à 11h30 lundi. Il n'a cependant eu «aucun contact» avec Benoît Hamon, a-t-il déploré auprès de l'AFP. «J'ai lancé un appel public, ça me paraîtrait logique qu'il m'appelle s'il est à la recherche du rassemblement», a-t-il précisé, «je ne suis demandeur de rien, c'est une proposition de dialogue que je fais».

10h35: La participation de la primaire PS ciblée par les soutiens de Macron

La droite n'est pas la seule à ironiser sur les chiffres de la participation à la primaire PS ce ce lundi. Interrogé sur France info, Benjamin Griveaux, porte-parole du mouvement «En Marche !» d'Emmanuel Macron, estime que la «faible participation [de dimanche] ne permet pas de créer une dynamique» pour le second tour de la présidentielle. 

Le député et secrétaire général d'En Marche! Richard Ferrand a lui aussi critiqué ces chiffres sur Twitter. 

Christophe Borgel, président du Comité national d'organisation de la primaire, a précisé à l'AFP peu avant 10h00 que la participation avait «passé la barre des 1,6 million de votants», alors qu'il reste 500 bureaux de vote à dépouiller, sur 7.530.

10h25: Les chiffres de la participation critiqués par la droite

La droite torpille ce lundi matin les chiffres du premier tour de la primaire PS. Après Bernard Accoyer et Thierry Solère, c'est au tour de Valérie Boyer, porte-parole du candidat à la présidentielle François Fillon, de critiquer cette participation. Dans une série de tweets, la députée fustige la légitimité des finalistes.

 

 

9h59: Un discours de «cassure» de Manuel Valls, selon Karine Berger

Karine Berger, députée socialiste et soutien de Vincent Peillon, a regretté lundi le discours de «cassure» de Manuel Valls au sortir du premier tour du scrutin.

«Le discours de Manuel Vall hier soir [dimanche] était un discours de fermeture, voire, à vrai dire, de cassure puisqu'il a a dit grosso modo "si c'est pas moi, ce sera le déluge"», a déploré sur LCI la députée PS des Hautes-Alpes, qui a assuré qu'elle n'avait pas encore fait son choix pour le second tour. 

 

>> Les résultats nationaux du premier tour de la primaire sont à retrouver ici

9h49: Benoît réplique à Manuel à propos du revenu universel

Attaqué sur la faisabilité du revenu universel, Benoît Hamon a répondu par média interposé à Manuel Valls. Sur France inter, le député des Yvelines a jugé que «le revenu universel est aujourd'hui majoritaire dans l'opinion», avant d'estimer qu'«un message clair a été passé hier [dimanche]: la volonté de tourner la page» 

 

9h46: Manuel Valls à l'offensive

Manuel Valls, arrivé deuxième à l'issue du premier tour, s'est montré cinglant envers son concurrent Benoît Hamon dès l'annonce des résultats dimanche soir. Ce lundi, l'ex-Premier ministre continue sur sa lancée et juge sur RTL. «Je ne veux pas enfermer la gauche dans l'irréalisme et dans l'illusion». «Le revenu universel, c'est plus d'impôts, plus de déficits, plus de dettes», dit-il à propos de la proposition de revenu universel porté par Benoît Hamon.

 

9h41: La droite s'interroge à propos de la participation

Bernard Accoyer, secrétaire général de LR, et Thierry Solère, porte-parole de François Fillon, ont mis en avant «la confusion» qui règne selon eux à propos de la précision de la participation au premier tour, toujours pas définitif. 

«Je m'interroge sur la confusion qui règne encore à cette heure sur la participation, avec un écart considérable entre 1,2 million et 1,7 million. C'est quand même un écart qui va de 30% à 50%», a déclaré Bernard Accoyer sur RTL.

9h39: Jean-Luc Bennahmias partagé sur une consigne de vote au second tour

Le candidat Front démocrate arrivé dernier (1%) à l'issue du premier tour de la primaire organisée par le PS, "reste partagé" quant à une consigne de vote pour le second tour, indique-t-il dans un entretien à Libération.

9h30: Sylvia Pinel en tête Saint-Pierre-et-Miquelon

La candidate des Radicaux de gauche, Sylvia Pinel, est arrivée en tête à Saint-Pierre-et-Miquelon. Avec 144 voix sur 274 votants (résultats définitifs), la présidente du PRG s'est imposée dans ce petit confetti de l'Atlantique nord, fief de la ministre de la Fonction publique, Annick Girardin, elle aussi PRG. Manuel Valls arrive en 2e position, avec 82 voix. Selon les chiffres de la haute autorité des primaires citoyennes, Sylvia Pinel receuille 1,97% des voix, soit 24.657 bulletins.

9h20: Bonjour et bienvenue dans ce live d'après le premier tour de la primaire socialiste

Retrouvez ici toutes les actualités et les déclarations de ce début d'entre-deux tours. Les finalistes de cette primaire, Benoît Hamon et Manuel Valls, seront départagés dimanche 22 janvier. Le vainqueur portera les couleurs du PS à la présidentielle de 2017.