Présidentielle: Le Pen, Fillon et Macron arrivent en tête des intentions de vote

ELECTION Selon cette étude du centre de recherche de Sciences Po, le PS est le grand perdant de l’élection…

Lucie Bras

— 

Ex-outsider, Emmanuel Macron totalise 17% d'intentions de vote.
Ex-outsider, Emmanuel Macron totalise 17% d'intentions de vote. — PDN/SIPA

Marine Le Pen confirme, François Fillon ralentit et Emmanuel Macron continue de grimper… C’est le résultat de l’enquête électorale menée par le Cevipof (centre de recherche de Sciences Po), réalisée par Ipsos en partenariat avec Le Monde.

Depuis son élection en novembre 2016, la campagne de François Fillon semble perdre du souffle. D’après les résultats de l’enquête menée sur plus de 15.000 personnes, les intentions de vote au premier tour de la présidentielle en faveur du candidat Les Républicains ont quelque peu fondu : à quatre mois du premier tour, elles se situent entre 23 et 25 %, contre 26 à 29 % juste après son élection.

>> A lire aussi : Primaire à gauche, quel candidat correspond le mieux à vos idées? La Boussole a la réponse

Marine Le Pen peut compter sur son électorat fidèle

Parmi ses principales pertes, des sympathisants Les Républicains, mais surtout les électeurs centristes. Il a perdu plus de 10 points d’intention de vote parmi les électeurs de l’UDI (Union des démocrates indépendants) depuis son élection.

Marine Le Pen, elle, consolide sa base et totalise 25 à 26 % d’intentions de vote, alors qu’elle n’a pas encore vraiment commencé sa campagne.La candidate du Front National peut compter sur son électorat fidèle et rassemblé pour 2017.

Une troisième tête s’impose dans cette course à la présidence : Emmanuel Macron. Ex-ministre de François Hollande et ex-membre du Parti Socialiste (PS) est crédité de 17 % à 19 % d’intentions de vote. Il dépasse même les 20 % si Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon remportent la primaire.

Jean-Luc Mélenchon, autre candidat de gauche hors primaire pourrait atteindre 14 à 15 % des voix, une réserve confortable pour peser dans l’élection par la suite.

Ces chiffres résonnent comme un avertissement pour le PS qui organise sa primaire ce week-end. L’ancien Premier ministre Manuel Valls convainc 10 % des participants à l’enquête seulement. Héritier du mandat de François Hollande, il ne cesse de perdre des voix, notamment parmi les sympathisants du PS.