Propos de Trump sur l’Europe : La France et l’Allemagne inquiètes, la Grande-Bretagne se réjouit

UE « La meilleure réponse à l’interview du président américain, c’est l’unité des Européens », estime Jean-Marc Ayrault…

H. B. avec AFP

— 

Donald Trump à Palm Beach, le 28 décembre 2016. AP Photo/Evan Vucci, File
Donald Trump à Palm Beach, le 28 décembre 2016. AP Photo/Evan Vucci, File — Evan Vucci/AP/SIPA

Les commentaires de Donald Trump sur l’Europe inquiètent sur le vieux continent. Le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault a estimé ce lundi que « la meilleure réponse » à donner par les Européens aux dernières déclarations du président américain sur l’Union européenne ou le Brexit était d’afficher leur « unité ».

Il faut « faire bloc », a déclaré le ministre français à son arrivée à une réunion de l’UE à Bruxelles, en réponse aux formules choc du président élu des Etats-Unis dans un entretien aux quotidiens britannique Times et allemand Bild.

Paris et Berlin inquiets

Donald Trump a notamment jugé que le Royaume-Uni « a eu bien raison » de sortir de l’UE et que le Brexit sera « un succès ». Il estime également que « d’autres pays vont quitter » l’UE. « Les déclarations de Donald Trump interpellent, c’est pourquoi j’attends avec impatience que le secrétaire d’Etat américain qui va succéder à John Kerry, Rex Tillerson, puisse prendre rapidement ses fonctions pour que je le rencontre, pour qu’on puisse discuter de tous les points importants », a déclaré Jean-Marc Ayrault.

>> A lire aussi : Russie, «erreur catastrophique de Merkel» et «succès» du Brexit, les polémiques européennes de Trump

Outre-Rhin, même inquiétude. Le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel a jugé ce lundi que l’Europe devait faire preuve « d’assurance » après les vives critiques du président américain sur l’Union européenne et l’Otan. « Je pense que nous, Européens, ne devons pas tomber dans une profonde dépression, je ne sous-estime pas ce que dit Trump sur l’Otan, sur l’UE, mais faire preuve d’un peu d’assurance nous ferait du bien dans une telle situation », a déclaré le ministre allemand au quotidien Bild.

La chancelière allemande Angela Merkel a de son côté affirmé que les Européens avaient leur destin « en main ». « Je vais continuer de m’engager pour que les 27 États membres travaillent ensemble vers l’avenir (…) face aux défis du XXIe siècle », a-t-elle déclaré. « Mes positions sur les questions transatlantiques sont connues. Le président élu a une fois de plus exposé les siennes. Et lorsqu’il sera en fonction – ce qui n’est pas encore le cas – nous travaillerons naturellement avec le nouveau gouvernement américain et nous verrons bien quels accords nous trouverons », a-t-elle ajouté.

Et Londres se félicite…

Seul pays satisfait par ces déclarations chocs, la Grande-Bretagne. Le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson a qualifié ce lundi de « très bonne nouvelle » la proposition du président élu américain Donald Trump de conclure « rapidement » un accord commercial avec le Royaume-Uni.

Il a néanmoins ajouté que cet accord devait être « clairement dans l’intérêt des deux parties ». Dans l’entretien au quotidien londonien The Times, le président élu américain a prédit que le Brexit serait « un succès » et annoncé qu’il voulait conclure « rapidement » un accord commercial avec le Royaume-Uni.