Présidentielle: Les candidats sont «déconnectés» du travail, estime le patron de la CGT

TRAVAIL Les candidats à la primaire organisée par le PS « ne sont pas à la hauteur », explique le syndicaliste…

20 Minutes avec AFP

— 

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, le 9 avril 2014 à Paris.
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, le 9 avril 2014 à Paris. — ZIHNIOGLU KAMIL/SIPA

« Cette déconnexion est grave ». «Valls, Hamon, Macron, Mélenchon… tous sont loin de la réalité du monde du travail. Et les conseillers dont ils ont choisi de s’entourer aussi », a déclaré aux Echos  le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.

Interrogé sur les candidats à la primaire organisée par le PS, le syndicaliste juge qu’ils « ne sont pas à la hauteur car ils ne parlent pas assez de la réalité du travail ». Le revenu universel défendu par certains est même, selon lui, « la négation du travail ». « On a vraiment un problème, avec tous nos politiques, de déconnexion avec la réalité », affirme le leader syndical en réponse à une question sur Arnaud Montebourg.

Il dénonce le discours social « vitrine » du FN

Refusant de révéler le nom de son favori pour la présidentielle et de donner une consigne de vote à son syndicat, Philippe Martinez appelle néanmoins « comme lors des précédentes élections » à faire barrage au Front national. « En vitrine, c’est vrai qu’il affiche le discours CGT sur les salaires, la retraite à 60 ans, mais le Medef est dans l’arrière-boutique », estime-t-il. « Nous devons plus que jamais mener une campagne d’explication sur le vrai visage du parti de Marine Le Pen. »

>> A lire aussi : Mais que veut la CGT... et Philippe Martinez?

Pour lui, « l’extrême droite tire beaucoup le débat politique » car sur les questions « des réfugiés, de la laïcité ou du droit de vote des immigrés », les promesses de François Hollande n’ont pas été tenues. « On attendait davantage d’ un gouvernement qui nous a promis monts et merveilles », regrette-t-il, regrettant que « sur le plan économique et social, il ne (se soit) rien passé de positif pour les salariés » ces cinq dernières années.