Primaire à gauche: Le revenu universel, thème imposé par Bennahmias et Hamon

DEBAT Le revenu universel, avancé par Benoît Hamon et Jean-Luc Bennahmias, a clivé lors du premier débat de la «Belle alliance populaire»…

O. P.-V.

— 

Les candidats de la primaire de la gauche lors du premier débat, jeudi 12 janvier.
Les candidats de la primaire de la gauche lors du premier débat, jeudi 12 janvier. — TF1

C’est la proposition tendance qui traverse la campagne présidentielle, et notamment la primaire à gauche :  le revenu universel s’est rapidement trouvé au cœur du premier débat entre les sept candidats, entamé sur le thème de l’économie. Alors que les candidats dressaient le bilan du CICE mis en place par François Hollande, la discussion a glissé sur ce principe de revenu de base pour tous, sans conditions de ressources.

Deux candidats ont avancé cette proposition, avec leurs nuances : Jean-Luc Bennahmias du Front démocrate propose une version à 800 euros par mois, quand l’ancien ministre de l’éducation Benoît Hamon veut une mise en place progressive, au niveau du RSA dans un premier temps, puis à 750 euros à terme.

« Ce n’est pas une incitation à la paresse »

Les autres candidats ont été invités à s’exprimer sur le sujet. Vincent Peillon a pointé le coût d’une telle mesure, « une belle idée pas praticable qui coûte 400 milliards par an ». Les deux concurrents qui en parlent la chiffrent à 300 milliards. « Quand Michel Rocard a mis en œuvre le RMI, on entendait des arguments pareils, quand Martine Aubry a mis en place la CMU on entendait la même chose », a rétorqué le député des Yvelines.

Manuel Valls a estimé le principe contraire à sa vision d’une « société du travail », préférant parler d’une fusion des minima sociaux qu’il appelle « revenu décent ». « Ce n’est pas une incitation à la paresse », a encore défendu Benoît Hamon, interpellé plusieurs fois sur sa proposition phare, ce qui a fini par agacer François De Rugy, lui aussi invité à se positionner : « On part d’un débat sur l’emploi et on arrive à tourner en rond sur le revenu de base. »