Quinquennat Hollande : La maire de Paris Anne Hidalgo dénonce un « immense gâchis »

GOUVERNEMENT Elle rend responsables François Hollande, Emmanuel Macron et Manuel Valls…

20 Minutes avec AFP

— 

La maire PS de Paris Anne Hidalgo.
La maire PS de Paris Anne Hidalgo. — CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / AFP

Anne Hidalgo parle sans langue de bois. La maire PS de Paris a dénoncé ce jeudi, dans un entretien au Monde, « l’immense gâchis du quinquennat qui se termine », dont elle rend responsables à la fois François Hollande, Emmanuel Macron et Manuel Valls.

« (…) François Hollande, qui a décidé de la politique à conduire, [l’ancien ministre de l’Economie] Emmanuel Macron, qui a été son conseiller et l’inspirateur d’une pensée qui a très largement fracturé la gauche, et [l’ex-Premier ministre] Manuel Valls. Ce dernier a porté une vision autoritaire allant jusqu’à soutenir, avec le président de la République, la déchéance de nationalité », affirme la maire.

« Je n’ai jamais été dans des écuries et j’ai ma liberté »

Anne Hidalgo, qui soutient la candidature de Vincent Peillon à la primaire organisée par le PS, refuse de dire si elle soutiendra le vainqueur de la compétition : « Je ne me sens redevable de personne, je n’ai jamais été dans des écuries et j’ai ma liberté. J’espère avant toute chose que Vincent gagnera. »

>> A lire aussi : Anne Hidalgo apportera son parrainage à Vincent Peillon

La maire de Paris « récuse » par ailleurs l’analyse de certains d’un soutien à l’ex-ministre de l’Éducation pour affaiblir Manuel Valls : « Je respecte Manuel Valls, nous avons l’habitude d’explications franches, mais il n’incarne pas ma vision de l’engagement politique. Il n’est pas social-démocrate. »

A la question d’une éventuelle disparition de la social-démocratie, Anne Hidalgo répond : « Nous n’étions pas obligés de nous infliger ça. Je leur ai dit à chaque étape : ils auraient pu faire autrement. Il y a un an, il était encore temps de réagir. Si on avait nommé quelqu’un comme Bernard Cazeneuve à l’époque à Matignon, nous ne serions pas dans la même situation. Mais je ne pense pas que la social-démocratie écologiste disparaîtra. »