Primaire de la gauche: Tirage au sort, thématiques, enjeux... Tout savoir sur le premier débat

POLITIQUE Les sept candidats s’affrontent jeudi lors d’un débat sur TF1, LCI, Public Sénat et RTL et co-organisé par L’Obs…

T.L.G.

— 

Les sept candidats à la primaire de la gauche : Jean-Luc Bennahmias, Benoît Hamon,  Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Manuel Valls.
Les sept candidats à la primaire de la gauche : Jean-Luc Bennahmias, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Manuel Valls. — Joel Saget et Thomas Samson / AFP

Le premier d’une longue série. Les sept candidats à la primaire organisée par le Parti socialiste, s’affrontent jeudi soir lors d’un premier débat (il y en aura trois avant le premier tour). Manuel Valls, Vincent Peillon, Jean-Luc Bennahmias, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Sylvia Pinel, et François de Rugy seront à 21 h 00 sur TF1, LCI, Public Sénat et RTL (co-organisé par L’Obs). 20 Minutes vous dit tout ce qu’il faut savoir sur ce premier temps fort de la campagne.

Benoît Hamon au centre du plateau

Comme pour les débats de la primaire à droite, les places sur le plateau ont été tirées au sort. Benoît Hamon sera au centre du jeu. A sa gauche, François de Rugy, Jean-Luc Bennahmias et Arnaud Montebourg. A sa droite, Vincent Peillon, Manuel Valls et Sylvia Pinel.

Le hasard a également déterminé l’ordre du passage des candidats. Manuel Valls prendra le premier la parole (1 min 30) lors des présentations. François de Rugy aura, lui, l’avantage de clore l’émission.

Quelles thématiques ?

Trois grandes thématiques sont au programme : les questions économiques et sociales (fiscalité, chômage, temps de travail), le terrorisme (sécurité en France, mais aussi des questions extérieures, comme la crise syrienne), et des sujets autour de la République, la laïcité et la place de l’islam en France.

Comment se déroulera l’émission ?

Les candidats seront interrogés par trois journalistes : Gilles Bouleau (TF1), Elizabeth Martichoux (RTL) et Matthieu Croissandeau (L’Obs). Ils auront environ 1 min 30 pour répondre aux questions. Si un candidat est interpellé par un adversaire, il disposera de 45 secondes pour lui répondre.

Un temps fort de la campagne

De l’aveu de toutes les équipes, les débats seront cruciaux. « C’est incontestablement une étape importante, sans doute décisive pour le vote », assure Patrick Bloche, directeur de campagne de Vincent Peillon. « Tout ne va pas se jouer lors des débats, mais le choix des électeurs va se cristalliser. » Même constat dans l’équipe de Manuel Valls. « La campagne est courte, c’est le moment où celles et ceux qui s’intéressent à la primaire vont arrêter leur choix. On a bien vu l’importance des débats à droite, et lors de la primaire de 2011 », abonde Olivier Dussopt, porte-parole de l’ancien Premier ministre.

Chaque candidat se prépare à sa façon

Tous les candidats préparent scrupuleusement le rendez-vous. « Manuel travaille beaucoup ces débats avec trois objectifs majeurs : montrer son originalité, qu’il a l’expérience d’un homme d’Etat et dévoiler tout son programme pour ne pas avoir à glisser des mesures sous le tapis comme l’a fait Fillon une fois désigné », résume Olivier Dussopt.

Dans l’équipe de Vincent Peillon, aucune pression. « Nous n’allons pas faire de séance de training et jouer des rôles pour parer à telle ou telle question… Vincent fait de la politique depuis un bout de temps, il a l’habitude de ces exercices », répond son directeur de campagne. « Le souci est plutôt de se concentrer pour trouver les bons réflexes : nous aurons 15 à 17 minutes de parole au total, il faudra aller à l’essentiel. » Mathieu Hanotin, directeur de campagne de Benoît Hamon, ne dit pas mieux : « A sept sur un plateau, il faut être synthétique. Expliquer le revenu universel en 1 min 30, ce n’est pas facile. »

Plus ou moins de téléspectateurs que la droite ?

Ils n’y échapperont pas : l’audience de la soirée sera comparée avec celle du premier débat à la primaire de la droite. Le 13 octobre dernier, l’exercice avait rassemblé 5,6 millions de téléspectateurs sur TF1. Les chiffres de Médiamétrie pourraient donner un indice sur la mobilisation des électeurs de gauche les 22 et 29 janvier prochains.

>> Quel candidat de la primaire à gauche correspond le mieux à vos idées ? Testez notre boussole ici dans sa version optimisée ou ci-dessous.