Voile et «libération de la femme»: Manuel Valls et son équipe persistent et signent

POLEMIQUE Invité jeudi soir sur France 2, l’ancien Premier ministre a réaffirmé son inquiétude sur cette « mode d’un voile revendiqué »…

T.L.G.

— 

Manuel Valls, sur le plateau de «L'Emission politique».
Manuel Valls, sur le plateau de «L'Emission politique». — France2

Sur ce point-là, au moins, il ne change pas. Manuel Valls a débattu avec Attira Trabelsi, entrepreneur et militante de l’association Lallab, lors de son passage à L’Emission politique sur France 2 jeudi soir. La jeune femme diplômée de l’École Normale Supérieure, qui se définit comme « musulmane et féministe », a reproché au candidat ses propos sur les femmes voilées. Un échange intense s’en est suivi sur le plateau de France 2, mais également sur Twitter. Manuel Valls et son équipe ont réaffirmé une position ferme sur la laïcité. 20 Minutes fait le point.

De quels propos de Manuel Valls parle-t-on ?

En août dernier, le Premier ministre créait la polémique avec des propos sur un symbole de la République. Marianne « a le sein nu parce qu’elle nourrit le peuple, elle n’est pas voilée parce qu’elle est libre. C’est ça, la République ! C’est ça Marianne, c’est ça, ce que nous devons toujours porter ».

>> A lire aussi : «Manuel Valls s’inscrit davantage dans une tradition anticléricale» de la laïcité

Autres propos mis en cause, ceux tenus par Manuel Valls le 4 avril 2016. « Ce que représente ce voile pour les femmes, non ce n’est pas un phénomène de mode, non, ce n’est pas une couleur qu’on porte, non : c’est un asservissement de la femme (…) Il faut faire la distinction entre ce qu’est un voile, un fichu porté par les femmes âgées, et la revendication d’un signe politique qui vient au fond confronter la société française » (à partir de 28mn ci-dessous).

Sur quoi le débat a-t-il porté jeudi soir ?

Attira Trabelsi a expliqué se sentir « humiliée » par ce « genre de discours ». « Vous légitimez des discours qui engendrent des violences à mon égard », a-t-elle lancé. Réponse de Manuel Valls : « L’islam fait partie de notre identité… », « mais je m’inquiète d’une mode, qui est celle d’un voile revendiqué », poursuit-il, « il y a aujourd’hui un voile porté comme un étendard politique ».

Le candidat s’adresse ensuite directement à la jeune femme voilée. « Vous faites un choix, je le respecte, mais enfin, qu’est-ce que c’est cette idée que les cheveux, le visage, le corps d’une femme seraient impudiques ? Moi je fais partie d’une génération où les femmes cherchent à se libérer. »

>> A lire aussi : Mode islamique, la polémique ravive les clivages de la gauche sur la laïcité

L’étrange RT du dircom de Manuel Valls

Le débat s’est ensuite poursuivi sur Twitter. Harold Hauzy, le directeur de communication de Manuel Valls a fait le service après vente du débat sur le réseau social en retweetant quelques messages.

Capture d'écran du fil Twitter d'Harold Hauzy
Capture d'écran du fil Twitter d'Harold Hauzy - Twitter

Parmi eux, le tweet de Mohamed Sifaoui, qui se présente comme « Journaliste-Écrivain-Réalisateur-Scénariste ». Ce dernier, qui est régulièrement invité sur les plateaux télévisés en tant que « spécialiste du terrorisme », se montre virulent contre le voile. « Une femme musulmane bien élevée, voilée ou pas, commence par dire : Bonsoir Monsieur… avant de défendre la serpillière qu’elle a sur la tête », a-t-il tweeté. Interpellé par un journaliste de Libération sur ce dernier message, Mohamed Sifaoui persiste.

« Laissez-moi qualifier à ma guise les symboles de régression de ma culture d’origine », répond-il. C’est ce tweet qui a été RT par le dircom de Manuel Valls.

Tweet d'Harold Hauzy
Tweet d'Harold Hauzy - capture d'écran twitter

Une reprise critiquée par certains internautes sur Twitter.

Interrogé sur ce RT, le communicant botte en touche par SMS. « Le tweet se passe de commentaire. Par ailleurs, il ne faut pas inverser la charge. Le commencement serait peut-être de demander à ceux qui le penseraient d’expliquer en quoi le voile serait un symbole de la libération de la femme ».