«L'Emission politique»: «L'espagnol c'est notre point commun», lance Valls à Martinez

LIVE L'ancien Premier ministre est candidat à la primaire organisée par le parti socialiste...

O.P.V. et T.L.G.

— 

Philippe Martinez et Manuel Valls, sur le plateau de «L'Emission politique».
Philippe Martinez et Manuel Valls, sur le plateau de «L'Emission politique». — France 2

L'ESSENTIEL

  • Manuel Valls, ancien premier ministre de François Hollande, est candidat à la primaire organisée par le parti socialiste
  • Le scrutin aura lieu les 22 et 29 janvier prochains
  • Sept candidat sont en lice

A LIRE AUSSI

>> Un Manuel Valls aux multiples facettes présente son programme de campagne

>> « Docteur Manuel » et « Mister Valls », 5 contradictions entre le candidat et le Premier ministre

>> Candidats, bureaux de votes, débats... Tout savoir sur la primaire PS

 

23h30: C'est la fin de ce live, merci de l'avoir suivi.

23h11: Valls interrogé sur Macron

Le candidat botte en touche: «C'est quoi une primaire réussie? C'est d'abord beaucoup de monde, je suis convaincu qu'il y aura plusieurs millions de français, ce sont des débats réussis, et un résultat clair. Moi je suis au coeur des progressistes de Macron à Montebourg ou Hamon. Respectons les électeurs. Il y a plusieurs millions de Français qui veulent reprendre leur destin en main. »

23h07: Débat un peu plus tendu entre Manuel Valls et Philippe Martinez

«Comme vous, je visite de nombreuses entreprises», entame Manuel Valls. «Moins que moi, moins que moi», le coupe Philippe Martinez.

 

22h53: L'invité surprise est... Philippe Martinez

Manuel Valls se défend: «Le CICE et le pacte, n'étaient pas des cadeaux aux entreprises, mais un soutien aux entreprises», répond Manuel Valls.

22h52 : Manuel Valls et l’Europe

Manuel Valls propose la tenue d’une « conférence de refondation de l’Europe » en partenariat avec l’Allemagne, car l’UE est face « à une profonde crise de sens » qui oblige à « changer de logiciel », écrit-il dans son programme. David Pujadas lui rappelle la promesse de François Hollande, un mois avant son élection, en août 2012, de renégocier le Pacte budgétaire européen avec Angela Merkel. Spoiler, ça n’avait pas été fait.

22h47: Réponse à un commentaire

@leblondin: La déchéance de nationalité évoquée pour rassembler les Français. Au contraire elle les aurait divisés. Tient donc, dans quelles proportions? Si les électeurs avaient été consultés j'ai le sentiment qu'elle aurait été adoptée.

@20Minutes: Manuel Valls évoque la division de la gauche sur cette question en janvier 2016, et notamment le déchirement de sa majorité: les frondeurs étaient contre, tout comme Christiane Taubira, qui a finalement quitté le gouvernement à cause de cette réforme.

 

22h44: «Aujourd'hui, l'urgence est de combattre l'Etat islamique. Mais l'avenir de la Syrie ne passe pas par Bachar al Assad»

22h41: «Avec la Russie, il faut toujours parler franchement»

«La Russie est une grande nation. Avec la Russie, il faut toujours parler franchement. Elle doit assumer ses responsabilités de grande puissance. Il ne faut pas lever les sanctions contre la Russie. Sa responsabilité en Syrie et à Alep est engagée.»

22h39 : Réponse à un commentaire.

@latendresse : ils me font bien rire sur la deuxième chaîne, la journaliste est en bras nus, comme celle qui a fait la météo et nous dit qu’il faut baisser son chauffage d’un degré alors qu’elle est habillée légèrement, avec les bras nus aussi. Alors, chiche, baissez un peu le chauffage à antenne deux.

@20minutes : Cher internaute, je n’ai aucune information sur la température du plateau de France 2, désolé.

22h26 : Manuel Valls face à Thierry Solère

Qui est Thierry Solère ?

Député Les Républicains des Hauts-de-Seine, il est porte-parole de François Fillon depuis la victoire de ce dernier à la primaire de droite, qu’il a coorganisée avec la juriste Anne Levade.

Sur le fond, débat pas vraiment sensationnel.

 

22h19 : Manuel Valls et les pigeons

Manuel Valls est interrogé par PDG de PriceMinister, et l’ancien porte-parole du mouvement des Pigeons.

Manuel Valls répond : « Je ne veux pas opposer chefs d’entreprise et salariés… Nous pouvons nous mettre d’accord sur un sujet, la viabilité dans le temps de ces start-up. Ces entreprises, parfois pour des raisons de taille, de capital, n’arrivent pas à perdurer ». Mais ajoute: «Le numérique change le monde du travail, on doit être capable de s’adapter. Mais nous devons garantir des droits aux salarié, concilier  le progrès économique et le progrès social».

 

EXPLICATION.

« Les Pigeons » étaient essentiellement de jeunes entrepreneurs issus des start-up et des entreprises high-tech. Parmi les noms les plus connus, Marc Simoncini, le fondateur de Meetic ou Olivier Duha, le patron du réseau d’entreprise innovantes Croissance Plus.
Vent debout contre une disposition du budget 2013 concernant l’imposition des plus-values qui pouvaient atteindre jusqu’à 60 %, ils avaient obtenu des concessions de François Hollande, et le budget de l’époque imposait finalement un entrepreneur lors de la cession de son entreprise à un taux forfaitaire de 24 %.

22h07: Nous avons abrogé le «délit de solidarité»

Cédric Herrou, agriculteur, est jugé pour avoir aidé des migrants près de Nice. Il interroge Manuel Valls sur les frontières mises en place par le gouvernement français.

21h54: Manuel Valls interrogé sur les discriminations par Attika Trabelsi, féministe et musulmane

EXPLICATION.

Manuel Valls est interrogé sur ses déclarations polémiques sur Marianne l'été dernier. « Marianne, le symbole de la République, elle a le sein nu parce qu’elle nourrit le peuple, elle n’est pas voilée parce qu’elle est libre. C’est ça, la République. » 

Il répond: «Il y aujourd'hui un voile porté comme étendard politique. Dans d'autres pays, des femmes à qui on a imposé le voile se battent pour l'enlever. Attention au message, y compris à vous que vous faites passer».

 

 

21h53: Manuel Valls interrogé par trois Français

21h40 : Manuel Valls critiqué sur sa vision de la laïcité

 

L’ancien Premier ministre est critiqué par les autres candidats sur sa vision de la laïcité. « La laïcité est ce qui nous protège, nous rassemble. Elle n’est pas un glaive, elle est un bouclier », mais fustige « la montée du communautarisme ».

 

EXPLICATION

Le Premier ministre a fait ressurgir les fractures de la gauche sur la laïcité, en fustigeant le burkini en septembre dernier. La gauche se divise historiquement entre les partisans d’une « laïcité combative » et ceux se réclamant d’une ligne plus ouverte. On vous en parlait ci-dessous:

 

21h34 : Regret sur la déchéance de nationalité ?

François Hollande avait un seul regret : la déchéance de nationalité. Et Manuel Valls ? « Je ne pense pas que la politique soit un quiz, répondre par oui ou par non. Oui, j’ai changé. Nous avons été confrontés aux attentats terroristes. Au lendemain des attentats, le président a considéré qu’il devait rassembler. C’est pour ça qu’il a proposé la déchéance. Le président a eu raison de regretter cette division. »

21h30: «J'assume la politique de baisse du coût du travail»

 

Le pacte de responsabilité aurait créé 150.000 emplois. N'est ce pas un «rendement médiocre», lance François Lenglet. «J'assume la politique de baisse du coût du travail du pacte de responsabilité. Elle a permis aux entreprises de retrouver des marges. Cette politique, non seulement je l'assume, mais je la trouve cohérente».

21h26: Manuel Valls ne veut plus supprimer l'ISF

Le candidat de 2011 voulait supprimer l'impôt sur la fortune, il ne le veut plus aujourd'hui. Pourquoi. «Je n'ai jamais été un libéral. Il y en a peu d'ailleurs en France. Il faut remettre des règles. Comment peut-on demander un effort aux Français sans demander aux plus fortunés d'y participer», se défend Manuel Valls.

 

« Inutile car peu rentable » écrivait pourtant Manuel Valls au sujet de l’ISF en 2011, dans L'énergie du changement.

 

21h19: Réponse à un commentaire

 

@tonton67: le favori ??? j'espère qu'il va se prendre la déculottée de sa vie

 

@20Minutes: Cher internaute, Manuel Valls est pour le moment favori des sondages. Dans le dernier en date, un sondage Harris Interactive pour FranceInfo, l’ex-Premier ministre serait très largement en tête avec 43 % des intentions de vote, devant Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, qui ont respectivement 25 % et 23 % d’intentions de vote.

21h10: Manuel Valls acculé sur l'utilisation 49-3

Le candidat est interrogé sur sa volonté de vouloir supprimer le 49-3 «hors texte budgétaire». «Je ne suis plus Premier ministre, je pense à l'avenir du pays. Je veux proposer une renaissance démocratique». Les journalistes le relancent. «On m'a imposé le 49-3», tente Manuel Valls, critiquant l'attitude des frondeurs socialistes pendant le quinquennat.

 

EXPLICATION.

Manuel Valls a fait usage à six reprises de l’article 49-3 pour passer outre l’avis du Parlement : trois fois entre février 2015 et juillet 2016 pour permettre l’adoption du projet de loi Macron. Et  trois fois encore pour le projet de loi El Khomri, ou loi Travail, entre mai et juillet 2016. Le record d’utilisation du 49-3 appartient à Michel Rocard, avec 28 recours pour 28 textes différents.

21h03: « Docteur Manuel » et « Mister Valls »

France 2 propose un petit montage, montrant les contradictions entre le Manuel Valls candidat et le Manuel Valls Premier ministre. «Je vous reconnais bien là, malicieux. J'ai l'impression que certaines images sont éloignées. Moi, je reste le même. Patriote, républicain, passionné par la laïcité... Bien sûr que j'ai changé, j'ai grandi, j'ai mûri. J'ai fait évoluer la gauche».

 

EXPLICATION.

Depuis quelques semaines, Manuel Valls tente de s’émanciper de son bilan de Premier ministre. 20 Minutes s’était amusé à comparer les déclarations du candidat à la primaire avec celles du locataire de Matignon.

 

21h: Manuel Valls, le révolté?

Léa Salamé y va franco dès le début d'émission: «La révolte, ça veut dire quoi quand on a été le Premier ministre»?

«J'ai dit que j'étais révolté que les Français n'aient le choix qu'entre la droite et l'extrême droite. Que rien n'était écrit», répond Manuel Valls. «Je veux les convaincre que le gauche peut gagner, elle est là ma révolte».

21h00: C'est parti!!!!!!

20h52: France 2 invente l'interview avant l'interview

 

20h16: Arrivée de Manuel Valls dans les locaux

 

20: Les journalistes se préparent, notez la jolie veste en velours de l'ami Lenglet

 

20h: Comme d'habitude, n'hésitez pas à nous poser vos questions, ou vos remarques dans les commentaires. Nous tenterons d'y répondre.

20h: C'est maintenant au tour de Manuel Valls. Le candidat à la primaire organisée par le Parti socialiste est l'invité de l'émission politique sur France 2 ce jeudi soir. L'ancien Premier ministre a présenté mardi devant la presse les grandes lignes de son programme présidentiel. A moins de trois semaines du premier tour, le candidat est le favori du scrutin, selon les sondages, certes incertains.

Depuis son entrée en campagne, l'ancien locataire de Matignon tente de s’émanciper du bilan du quinquennat, oubliant parfois avoir été Premier ministre pendant deux ans et huit mois. L'ancien député de l'Essonne devrait notamment s'expliquer ce soir sur sa volonté de supprimer le 49-3, qu'il a utilisé à six reprises en tant que chef du gouvernement.