Présidentielle 2017: Mélenchon «se réjouirait de traiter avec Trump» sur le libre-échange

ECONOMIE « Il prétend se situer sur la base des intérêts des Nord-Américains, donc il comprendrait parfaitement que je me situe strictement sur le point de vue des Français », a déclaré le candidat à la présidentielle…

H. B.
— 
Jean-Luc Mélenchon reçu à l'Elysée, le 25 juin 2016.
Jean-Luc Mélenchon reçu à l'Elysée, le 25 juin 2016. — Y. Bohac / Sipa

Négocier avec Trump ? Pour le candidat de « la France insoumise », ça serait un véritable plaisir. Jean-Luc Mélenchon a affirmé ce mercredi sur France Inter qu’il se « réjouirait de traiter avec un homme pareil ». « Il prétend se situer sur la base des intérêts des Nord-Américains, donc il comprendrait parfaitement que je me situe strictement sur le point de vue des Français », a déclaré le candidat à la présidentielle.

Evoquant les deux accords de libre-échange, le Tafta et le Ceta, le leader du Front de gauche a ajouté : « Si Donald Trump renonce de lui-même à Tafta […] je saisirai l’occasion au bond et cette affaire serait enterrée alors qu’elle traîne depuis maintenant 1996 […] et nous réglerions en quelques jours ce problème-là, de même que nous réglerions le Ceta (traité de libre-échange de l’Europe et le Canada). »

Mélenchon et Trump, même combat ?

Jean-Luc Mélenchon n’a jamais caché sa farouche opposition au Tafta ou TTIP (en anglais), vaste accord commercial en négociation depuis des années, qui vise à supprimer les barrières douanières et réglementaires entre les Etats-Unis et l’Union européenne.

>> A lire aussi : Jean-Luc Mélenchon est l'homme politique de gauche le plus populaire de France, selon YouGov

Durant la campagne électorale américaine, Donald Trump avait également critiqué le libre-échange, responsable selon lui de la suppression de nombreux emplois aux Etats-Unis.