Gilbert Collard dénonce «le lobby» des crêpiers dont il se dit victime

FRONT NATIONAL Le député du Rassemblement bleu Marine s’était moqué la semaine dernière des formations de crêpiers proposées par Pôle emploi…

H. B.

— 

Gilbert Collard en avril 2015.
Gilbert Collard en avril 2015. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Le torchon brûle entre Gilbert Collard… et les crêpiers ! Le député du Rassemblement bleu Marine, qui s’en était pris la semaine dernière à la profession, se déclare aujourd’hui être victime de « lobbys ».

L’affaire débute le 27 décembre dernier. Invité sur Europe 1 pour parler du chômage, Gilbert Collard se moque ouvertement des formations de crêpiers proposées par Pôle emploi, dont le Canard enchaîné s’était fait écho. « On propose aux chômeurs "des stages de crêpier et d’hypnotiseur" » alors que ces formations « n’offrent pas forcément un travail, un emploi pérenne », avait-il notamment déclaré.

>> A lire aussi : Gilbert Collard va prendre sa carte au Front national

Il n’en fallait pas plus pour se mettre à dos toute la profession, et la Bretagne. « Les propos de Gilbert Collard sont ceux d’un homme politique qui ne connaît pas la réalité du terrain », a notamment déclaré au Télégramme François De Pena, en charge des crêperies au sein de l’Union des métiers et des industries hôtelières (Umih). « Des milliers de personnes vivent dignement de ce métier tous les jours », a-t-il ajouté.

« Des petits coups enfarinés contre nous »

Ce lundi, Gilbert Collard a tenté de se défendre. Dans un article publié sur le site identitaire Breizh Info, le député du Gard se justifie. « Ce n’est pas le métier de crêpier qui est en cause, ce sont les conditions dans lesquelles les formations sont données et l’importance factice qu’on leur accorde pour donner l’impression qu’on crée des formations pour faire baisser le chômage », a-t-il déclaré. Et l’élu d’extrême droite se pose alors en victime. « Il y a des lobbys. Des gens - espèces de crêperie de veille - guettent les propos que nous tenons. Ils utilisent la moindre chose pour essayer d’une manière ridicule de monter des petits coups enfarinés contre nous. »

Gilbert Collard, qui « connaît l’histoire de la crêpe », a tout de même tenu à rassurer tout le monde. « J’adore les crêpes, d’autant plus lorsqu’elles sont parfois sans gluten […]. Je suis relativement pratiquant (de la crêpe), à la chandeleur, je mange des crêpes. »