Primaire à gauche: Après l'annonce de Hollande, Peillon n'a «pas pu dormir» pendant «trois jours»

ELECTION « Le système politique français est un système en crise depuis des décennies », a déclaré le candidat socialiste…

20 Minutes avec AFP

— 

L'ancien ministre de l'Education Vincent Peillon.
L'ancien ministre de l'Education Vincent Peillon. — BERTRAND GUAY / AFP

Vincent Peillon a avoué avoir été profondément choqué par la décision prise par François Hollande de ne pas se représenter. Le candidat à la primaire de gauche n’a « pas pu dormir » pendant « trois jours », a-t-il affirmé ce lundi. « Dans les trois jours qui ont succédé la décision de François Hollande, je n’ai pas pu dormir. Je suis extrêmement inquiet de ce que signifie son départ », a précisément déclaré Vincent Peillon sur RMC.

>> A lire aussi : Mais où était passé Vincent Peillon depuis 2014?

« Le système politique français est un système en crise depuis des décennies et il ne cesse d’accroître sa crise », a-t-il affirmé, évoquant les présidences de François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy. « Là, nous avons un président qui ne peut même pas se représenter », a-t-il ajouté.

La France, « un dormeur qui ne trouve pas le sommeil »

Selon Vincent Peillon, le système politique « exclut beaucoup de nos compatriotes de la représentation politique par la brutalité du fait majoritaire ». « On nous dit, comme ça, on ne fait pas rentrer des gens qui sont dangereux. Mais, moins on fait rentrer les gens, plus ils sont dangereux », a-t-il poursuivi dans une allusion au Front national, ajoutant qu’il fallait « assumer l’inclusion aussi politique » et appelant « à se rassembler le plus nombreux possible ».

« C’est un dormeur qui ne trouve pas le sommeil, la France. Et qui se tourne un coup à gauche, un coup à droite, mais elle est toujours dans l’insomnie. Il faut que nous nous réveillions », a-t-il dit.