Présidentielle 2017: Il vous reste cinq jours pour choisir un candidat issu de la société civile

ELECTIONS Une initiative citoyenne propose de choisir un candidat issu de la société civile…

Coralie Lemke

— 

La Primaire propose de noter cinq candidats jusqu'au 31 décembre.
La Primaire propose de noter cinq candidats jusqu'au 31 décembre. — LaPrimaire.org

Inutile d’attendre le 22 janvier pour choisir un candidat à l’élection présidentielle de 2017. Avant de nommer le candidat de la gauche, vous pouvez déjà élire un candidat issu de la société civile. Les votes, organisés par La Primaire, sont ouverts jusqu’au 31 décembre.

>> A lire aussi : A Paris, les inscriptions sur les listes électorales sont en hausse par rapport à 2011

Ils s’appellent Charlotte Marchandise, Nicolas Bernabeu, Roxane Revon, Michel Bourgeois ou encore Michael Pettini et envisagent de devenir le prochain président de la République. Aucun d’eux n’est issu du monde de la politique, et c’est là tout l’intérêt de la primaire ouverte, selon Thibauld Favre, l’organisateur du scrutin. « Le but est de faire émerger des candidatures citoyennes en dehors des partis traditionnels. »

Pour cela, les internautes ont pu voter entre une quinzaine de candidats au premier tour. Il en reste maintenant cinq à départager au second tour. « Nous ne faisons qu’organiser le vote. Toutes les tendances politiques sont acceptées et c’est aux internautes de faire leur choix. » Pour cela, il suffit de s’inscrire en ligne, en quelques clics. Chaque internaute ne peut s’exprimer qu’une seule fois.

>> A lire aussi: La Primaire citoyenne se lance dans la bataille

« Là au moins, il n’y a pas de calculs »

Le concept a convaincu Christophe, 50 ans, qui habite au Creusot (Saône-et-Loire). « Les professionnels de la politique pensent d’abord à leur job et ensuite aux citoyens. Là au moins, il n’y a pas de calculs. » Il apprécie aussi le système de vote, un peu différent des primaires traditionnelles. « On ne donne pas une voix à une seule personne. Le principe est de noter le programme de tous les candidats. »

Christophe n’a pas voté à la primaire des Républicains et il ne compte pas se déplacer pour choisir celle de la gauche. « Autour de moi, les gens choisissent l’abstention ou le vote blanc. Moi, je m’intéresse aux initiatives citoyennes, même si je suis conscient que ce serait exceptionnel que le candidat de la primaire ouverte passe le premier tour. »

500 signatures à trouver

En effet, après la clôture des votes le 31 décembre, les organisateurs devront trouver 500 soutiens de maires pour le candidat retenu. « Nous avons déjà démarré nos repérages au salon des maires et au salon des jeunes élus. On jouera aussi sur notre base supporters pour trouver les parrainages nécessaires », explique Thibauld Favre.

Certains, comme Adrien Joly, y croient à fond. « J’ai voté aux deux tours et j’ai même fait une donation pour qu’ils aient les fonds nécessaires. On entend beaucoup de gens qui râlent contre les politiques traditionnels alors j’en parle au maximum autour de moi pour faire connaître cette initiative. »

>> A lire aussi : J’ai testé l'inscription sur les listes électorales

Ce jeune développeur qui habite Montreuil a une préférence pour Charlotte Marchandise, qui propose, entre autres, un revenu universel. Mais peu importe qui sortira vainqueur, il soutiendra le gagnant dans tous les cas. « Ce ne sont que des gens qui ont un travail, qui comprennent l’époque dans laquelle on vit. »

Deux autres initiatives du genre ont élé lancées. La vraie primaire, qui n’aura finalement pas lieu et qui préfère « se concentrer sur les législatives ». Et La primaire des Français, qui a lancé une pétition mais qui ne propose pas encore de module de vote.