Présidentielle 2017: Un élu américain réclame une enquête sur les relations entre Poutine et Le Pen

FRONT NATIONAL Un parlementaire de l’Ohio souhaite se renseigner sur une « vaste campagne » de la Russie destinée à « mener une guerre de l’information contre les Etats-Unis et d’autres pays dont les intérêts contrecarrent ceux de la Russie »…

H. B.

— 

Marine Le Pen, le 2 décembre 2016, Paris.
Marine Le Pen, le 2 décembre 2016, Paris. — Nicolas Messyasz / Sipa Press

Après avoir été soupçonnée d’être intervenue dans la campagne présidentielle américaine pour faire élire Donald Trump, la Russie va-t-elle s’inviter dans la campagne présidentielle française ? C’est en tout ce que redoute un parlementaire américain qui a demandé aux agences de renseignement de son pays d’enquêter sur les relations entre Vladimir Poutine et Marine Le Pen, révèle Le Canard enchaîné.

>> A lire aussi : Des textos du Kremlin dévoilés par des hackers sur les emprunts russes du FN

Mike Turner, membre du Comité permanent sur le renseignement, a écrit un courrier au directeur national du renseignement des Etats-Unis, qui coordonne toutes les agences du pays, type NSA, CIA et FBI. Dans ce document daté du 28 novembre, il demande que son pays suive de près les relations entre le président russe et la présidente du Front national.

Une contrepartie à la reconnaissance de la Crimée

Selon l’hebdomadaire, qui publie un extrait de ce courrier, Mike Turner souhaite se renseigner sur une « vaste campagne » de  la Russie destinée à « mener une guerre de l’information contre les Etats-Unis et d’autres pays dont les intérêts contrecarrent ceux de la Russie ».

>> A lire aussi : Marine Le Pen juge «délirant» le lien entre le Front national et la Russie évoqué par «Mediapart»

Le représentant républicain de l’Ohio rappelle, dans cette note, que la Russie a déjà accord un prêt de près de 9 millions d’euros en 2014 « après les importantes victoires électorales remportées par le FN ». Et, selon lui, le Front national aurait demandé « un nouveau prêt de 30 millions de dollars », rappelant que la candidate Marine Le Pen s’était engagée, en cas de victoire, à reconnaître la Crimée comme faisant partie du territoire russe.

Des « élucubrations » et « affirmations absolument folkloriques », selon le FN 

Le Front national a totalement démenti ces allégations. « Tout cela est faux, archifaux. Complètement farfelu ! » s’est insurgé Wallerand de Saint-Just dans Le Canard enchaîné.

Nicolas Bay, secrétaire général du Front national, a, quant à lui, qualifié d'« élucubrations » et d'« affirmations absolument folkloriques » les révélations du Canard enchaîné sur un nouveau prêt russe au FN de près de 28 millions d’euros, après celui de 9 millions d’euros consenti en 2014 par une banque tchéco-russe.

Il a par ailleurs affirmé ce jeudi qu'« à ce stade », le FN n’avait « pas encore trouvé l’ensemble du financement » pour les prochaines élections, y voyant la preuve que les banques françaises « ne jouent pas le jeu de la démocratie ». « On a lancé un certain nombre de pistes pour rassembler ces financements nécessaires », a-t-il cependant indiqué, précisant que, « jusqu’à maintenant », le FN « n’exclut rien », y compris des établissements russes.