Présidentielle 2017: Jean-Luc Mélenchon «indigné» par l'interprétation de ses propos sur le conflit syrien

SYRIE Le candidat du Front de gauche dénonce « une propagande mortelle qui interdit tout débat »…

H. B.

— 

Jean-Luc Mélenchon à la Fête de l'Huma 2016.
Jean-Luc Mélenchon à la Fête de l'Huma 2016. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA Ville : LA COURNEUVE

« Une immense indignation. » Dans une vidéo postée ce vendredi sur YouTube, Jean-Luc Mélenchon s’est dit très en colère sur la manière dont sont interprétées ses déclarations sur le conflit syrien et le bombardement d’Alep. « On fait de moi un ami des bombardements sur cette partie de la ville. Et évidemment, cela suscite en moi une immense indignation », a déclaré le candidat du Front de gauche à la présidentielle de 2017.

« Une propagande mortelle interdit tout débat, toute critique, tout point de vue non aligné. Pire, quiconque refuse de s’aligner est assigné à résidence politique chez l’adversaire. J’en sais quelque chose depuis des mois », a ajoutéJean-Luc Mélenchon sur son blog.

Une position ambiguë

Ces derniers mois, Jean-Luc Mélenchon a pourtant entretenu une position ambiguë sur le conflit syrien, déclarant son soutien à la Russie et Vladimir Poutine à plusieurs reprises dans les médias. Le 20 février dans l’émission On n’est pas couché sur France 2, il avait notamment vanté l’action de la Russie en Syrie, note Le Monde.

>> A lire aussi : «Je pense que Poutine va régler le problème» en Syrie, juge Mélenchon

« Je pense [que Vladimir Poutine] va régler le problème, éliminer Daesh », avait estimé Jean-Luc Mélénchon quand la journaliste Léa Salamé lui avait demandé s’il était « pour » ce que le locataire du Kremlin « est en train de faire en ce moment en Syrie ».

Plus récemment, le 11 octobre dernier dans l’émission L’Epreuve de vérité sur Public Sénat, il a également tenu des propos ambigus sur l’existence de crimes de guerre russes en Syrie en parlant notamment de « bavardages ».