Primaire socialiste: Benoît Hamon se rêve en Fillon de gauche

REPORTAGE Le candidat à la primaire PS était en meeting à Paris mercredi soir…

Thibaut Le Gal

— 

Benoît Hamon, pour son premier gros meeting, le 14 décembre à Paris.
Benoît Hamon, pour son premier gros meeting, le 14 décembre à Paris. — bertrand GUAY / AFP

Il arrive tout sourire, mais l’air penaud, comme surpris par l’accueil qui lui est réservé. Benoît Hamon est accueilli par les applaudissements de « plus de 2.000 personnes » pour son premier gros meeting, mercredi soir, au gymnase Japy à Paris. « La prochaine fois, on prendra une plus grande salle… Je vais peut-être solliciter un prêt auprès d’Emmanuel Macron. »

Une « petite blague », mais très vite, le sérieux reprend le dessus. Le candidat à la primaire à gauche évoque, l’air grave, les sujets d’actualité  Alep, la question européenne, l’accueil des réfugiés. Derrière son pupitre, il déroule ses propositions. Pas d’effet de manche, style sobre, de rares attaques sur ses adversaires. « La stratégie de la vaisselle cassée je n’y crois pas ». Des analogies avec le champion de la primaire à droite, François Fillon.

« Il incarne un peu le rôle de Fillon lors de la primaire à droit e »

« Il n’a pas besoin de s’époumoner comme Emmanuel Macron ou d’avoir un style exubérant comme Arnaud Montebourg pour se faire entendre », avance Julie, 28 ans. « Benoît Hamon est vraiment ancré à gauche. Sur le travail, la transition écologique, il dit des choses importantes, réactive le clivage gauche/droite mais avec mesure » poursuit la consultante en développement durable. « Il incarne un peu le rôle du candidat blanc comme neige, droit, serein, que jouait Fillon lors de la primaire à droite. »

>> A lire aussi : Education, revenu universel, migrants... Les idées de Benoît Hamon

S’ils sont prudents, dans la salle tous en rêvent secrètement. Les soutiens de Benoît Hamon verraient bien leur champion refaire le coup de la victoire surprise en janvier prochain. Comme le « Thatcher de la droite », Benoît Hamon est le troisième homme des sondages et possède une personnalité moins médiatique que les deux favoris, Manuel Valls et Arnaud Montebourg.

« Il veut d’abord être le Benoît Hamon de la gauche »

Assez pour faire de Hamon, le Fillon de la primaire à gauche ? « Il veut d’abord être le Benoît Hamon de la gauche. Nous restons droit sur notre ligne pour porter l’espoir d’un renouvellement », répond Mathieu Hanotin, son directeur de campagne. Il poursuit t : « Mais il est vrai que la notoriété ne fait pas l’élection. A chaque meeting, chaque réunion publique, chaque émission, on va convaincre de plus en plus de gens et la dynamique de campagne va s’amplifier. »

Ça ne vous rappelle rien ? François Fillon au soir du premier o ur : « Depuis des mois et des mois, je trace mon sillon calmement, sérieusement, avec un projet précis et puissant. Je ne dévie pas de ma marche ».

Son porte-parole, Alexis Bachelay, ne dit pas mieux. « Il a été sous-estimé par certains, mais l’émission de France 2 a été une réussite [pourtant la pire audience de l’émission]. Il a prouvé qu’il était un candidat clair, solide. On a envie de croire que le scrutin se jouera sur les propositions, ceux qui apportent des idées neuves comme le renouvellement de la démocratie, le revenu universel. Pas sur la posture, la petite phrase, ou le commentaire de ce que font les autres », indique le député des Hauts-de-Seine.

Un « candidat concret et précis »

« Fillon a commencé sa campagne dans des petites réunions publiques, pour finir dans des grandes salles. Il a su créer une dynamique, et là encore, les débats télévisés seront déterminants. En se confrontant aux autres, Benoît Hamon va montrer qu’il est un candidat plus concret, et précis », développe Alexis Bachelay.

Au fond de la salle, Caroline s’inquiète. « On a besoin d’un candidat vraiment à gauche, en phase avec notre famille politique. Mais François Fillon a bénéficié de la droitisation de la société. J’espère que cela ne nous jouera pas des tours en janvier prochain. »