Trois députés français en route vers la Syrie pour obtenir de l'aide humanitaire pour Alep

INTERNATIONAL Cécile Duflot, Hervé Mariton et Patrick Mennucci appellent à un «cessez-le-feu immédiat» et à «l'évacuation des civils» d'Alep...

D.B. avec AFP

— 

Paris, manifestation contre le massacre à Alep. Le 02 d2cembre 2016.Credit:SEGVI/SIPA
Paris, manifestation contre le massacre à Alep. Le 02 d2cembre 2016.Credit:SEGVI/SIPA — SIPA

Alors que les forces gouvernementales ont annoncé avoir prisle contrôle de la quasi-totalité de l’est d’Alep ce lundi, une délégation composée des députés français Cécile Duflot (écologiste), Hervé Mariton (LR) et Patrick Menucci (PS) est partie pour la Syrie dans le but d’obtenir une aide humanitaire à la ville d’Alep, a-t-on appris samedi de sources parlementaires.Mais elle a finalement été bloquée à la frontière turque, ont indiqué à la mi-journée plusieurs de ces élus.

«Les Turcs n'ont pas voulu qu'on passe. Ils ont dit qu'il y avait eu des bombes au chlore et qu'il y avait un nuage» dangereux, a indiqué  Patrick Mennucci, depuis un hôpital de Kilis où sont soignés des Syriens.«On essaye encore» de franchir la frontière, a-t-il indiqué, jugeant toutefois que ce serait «très compliqué». 

Un appel au cessez-le-feu

« Cette délégation appelle à un cessez-le-feu immédiat et l’évacuation des civils de la ville d’Alep, sous le feu de l’armée russe et de celle de Bachar El-Assad », indique Cécile Duflot dans un communiqué.

Interpeller l’opinion publique française

Elle précise que ces parlementaires se rendent en Syrie « afin de lancer un appel pour qu’une aide humanitaire soir apportée au plus vite et s’assurer que les civils innocents, dont femmes et enfants, qui souffrent de la famine, du froid et de l’absence de soins primordiaux, puissent être secourus ».

La délégation « a également pour objectif d’apporter un message de soutien à la population d’Alep, qui se sent légitimement abandonnée par la communauté internationale », ajoute la députée.

De son côté, Hervé Mariton indique, dans un autre communiqué, qu’outre l’objectif humanitaire il a aussi « un objectif politique » : « je souhaite mieux comprendre la situation politique sur place, même si je suis conscient des risques de manipulation et de désinformation ».

Sur son compte Twitter, il a indiqué que ses camarades députés et lui avaient assisté lundi matin à un briefing de l’ONU. Ils ont aussi visité un centre d'accueil pour réfugiés.