Primaire à gauche: Marie-Noëlle Lienemann renonce à être candidate

ELECTION La sénatrice socialiste de Paris se retire pour éviter « un éparpillement des voix »…

H. B.
— 
Marie-Noëlle Lienemann donnant une conférence lors du Congrès du parti socialiste à Toulouse, le 27 octobre 2012.
Marie-Noëlle Lienemann donnant une conférence lors du Congrès du parti socialiste à Toulouse, le 27 octobre 2012. — LIONEL BONAVENTURE / AFP

Marie-Noëlle Lienemann jette l’éponge. La sénatrice socialiste de Paris renonce à sa candidature à la primaire de la gauche pour éviter « un éparpillement des voix », déclare-t-elle dans une interview au Monde. Elle devrait officiellement en faire l’annonce ce week-end.

Elle avait pourtant été l’une des premières à s’être engagée dans cette primaire organisée par la Belle alliance populaire. Elle avait ensuite été rejointe par deux autres frondeurs, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon.

Un appel à Montebourg et Hamon pour « une candidature unique »

« Si on veut pouvoir rassembler largement à gauche après la primaire, il faut montrer avant que nous sommes capables de le faire entre nous. Je crains que la volonté de privilégier ce qui nous unit soit étouffée par la mise en avant des différences que chacun a tendance à souligner dans un premier tour de scrutin », déclare Marie-Noëlle Lienemann dans le Monde.

>> A lire aussi : Les candidats, ceux qui y pensent et les francs-tireurs

« La semaine dernière, j’ai lancé un appel à Arnaud Montebourg et Benoît Hamon pour leur proposer une candidature unique […] Force est de constater qu’à ce jour, ils n’ont pas répondu à mon appel », a ajouté la sénatrice socialiste.