A Paris, les inscriptions sur les listes électorales sont en hausse par rapport à 2011

INFO 20 MINUTES Plusieurs arrondissements font face à des demandes records…

Coralie Lemke

— 

Plusieurs arrondissement constatent des pics d'inscriptions.
Plusieurs arrondissement constatent des pics d'inscriptions. — V. CAPMAN/SIPA

Depuis début novembre, la mairie de Paris a enregistré plus de 41.412 demandes d’inscriptions par Internet sur les listes électorales, selon les chiffres que s'est procurés 20 Minutes ce vendredi. Premier sur le podium, le 15e arrondissement, qui comptabilise à lui seul 4.900 dossiers. Suivent ensuite le 17e arrondissement (3.900) et le 18e (3.800).

>> A lire aussi : Changement de bureau de vote: «J'ai déménagé il y a longtemps, mais cette année je n'ai pas envie de faire du chemin pour voter»

« L’inscription par internet est devenue le canal majoritaire pour s’inscrire. Les gens préfèrent utiliser ce moyen dématérialisé plutôt que de payer un timbre pour s’inscrire par voie postale », explique Matthias Viviand, responsable du service des élections à la mairie du 17e arrondissement de Paris.

En un mois, sa mairie a reçu plus de 4.000 demandes, tous moyens confondus. Sur la même période, le chiffre n’était que de 3.500 en décembre 2011. Une nouveauté à laquelle il a fallu s’adapter. « Nous n’avons pas recruté mais cela nous demande une mobilisation de tous les instants. Il faut une organisation quasi militaire. » Ces jours-ci, le thème de la primaire de la gauche revient beaucoup dans la file d’attente. « C’est malheureusement trop tard. Il fallait être inscrit sur les listes au 31 décembre 2015 pour participer. Mais les gens pourront voter à la présidentielle », sourit-il.

« On fait notre maximum dans les files d’attente »

Même son de cloche dans le 18e. « Durant les 5 premiers jours du mois de décembre, on a enregistré 60 % de demandes en plus que la même période en 2011 », raconte Vincent de Vathaire, directeur général des services à la mairie du 18e, même s’il veut rester prudent.

« On fait notre maximum dans les files d’attente, en vérifiant les documents que les gens ont apportés et en leur faisant les photocopies nécessaires pendant qu’ils attendent. On leur apporte aussi à boire. » L’élu se prépare déjà à un afflux record pour le 31 décembre. En 2011, rien que pour cette journée, la mairie du 18e avait accueilli 800 personnes aux guichets et reçu 1.500 demandes par Internet.

La hausse des inscriptions sur Internet s’accompagne d’une plus forte demande en mairie, comme le constate l’agent d’accueil de la mairie du 14e, qui oriente les personnes à l’entrée. « Il y a énormément de monde cette année. Je me souviens, dans la semaine qui a suivi l’élection de Trump, il y a eu tellement de gens dans le service que je ne savais plus où les mettre. »

Plusieurs pics selon l’actualité politique

Et pour cause. En fonction du climat politique, la demande est plus forte certains jours que d’autres. « On a connu des pics, comme après l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis. Ou après les deux tours de la primaire de la droite. Les gens se sont particulièrement mobilisés à ce moment-là », explique Sami Kouidri, directeur général des services à la mairie du 14e arrondissement à Paris. « Mais on ne sait pas si ce sont les gens qui anticipent pour ne pas le faire au dernier moment ou si cela correspond à un mouvement pour réinvestir le champ électoral », commente Patrice Lafollie, directeur général adjoint de la mairie du 14e.

Ce sursaut citoyen se retrouve dans les chiffres. Le 10 novembre, au lendemain des élections aux Etats-Unis, la demande à Paris, tous arrondissements confondus, s’élevait à 3.863 dossiers. Alors que le reste du temps, la mairie comptabilise entre 150 et 2.100 demandes. Quelques jours plus, tard, le 21 novembre, après le premier tour de la primaire de la droite, le chiffre montait jusqu’à 4.426 demandes. L’engouement s'est calmé ensuite, après le deuxième tour de la primaire des Républicains, avec une demande qui plafonnait à 2.429 personnes.