Marine Le Pen ne veut pas que les enfants étrangers en situation irrégulière soient scolarisés gratuitement

FRONT NATIONAL La candidate du Front national plaide plutôt pour une «contribution» pour ceux dont les parents en situation régulière ne travaillent pas…

20 Minutes avec AFP

— 

Marine Le Pen à Hénin-Beaumont le 4 décembre 2016.
Marine Le Pen à Hénin-Beaumont le 4 décembre 2016. — Sarah ALCALAY/SIPA

Marine Le Pen, la candidate du Front national à l’élection présidentielle, a prôné ce jeudi à Paris la fin de la scolarisation des enfants étrangers en situation irrégulière et une « contribution » pour ceux dont les parents en situation régulière ne travaillent pas.

>> A lire aussi : Scolarisation des migrants: «Quand je suis arrivé, je ne savais même pas dire bonjour»

« La solidarité nationale doit s’exprimer à l’égard des Français. Je n’ai rien contre les étrangers, mais je leur dis : "Si vous venez dans notre pays, ne vous attendez pas à ce que vous soyez pris en charge, à être soignés, que vos enfants soient éduqués gratuitement, maintenant c’est terminé, c’est la fin de la récréation !" » a lancé la présidente du FN, lors d’un petit déjeuner organisé par l’institut de sondage BVA.

« Cela se fait dans beaucoup de pays »

Marine Le Pen a ensuite précisé que la fin de la gratuité de l’éducation ne concernerait que les enfants étrangers se trouvant en situation irrégulière : « Je parlais des enfants de clandestins », a-t-elle dit. « Demander une participation aux étrangers pour la scolarisation de leurs enfants en France est une mesure qui ne me choque pas outre mesure, cela se fait dans beaucoup de pays », a-t-elle précisé.

Lors de ce petit-déjeuner BVA, elle a déclaré : « Nous n’avons plus les moyens de faire cela, nous allons réserver nos efforts et notre solidarité nationale aux plus humbles, aux plus modestes, aux plus pauvres d’entre nous ».