Primaire PS: Candidats, bureaux de votes, débats... Tout savoir sur le scrutin

ELECTIONS Le scrutin aura lieu les 22 et 29 janvier prochains...

T.L.G.

— 

Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du PS.
Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du PS. — Lionel Urman/SIPA

Après la primaire de droite, voilà celle du Parti socialiste. Le scrutin, organisé par la Belle alliance populaire, se déroulera les 22 et 29 janvier. Qui seront les candidats ? Comment et où voter ? Combien y aura-t-il de débats télévisés ? 20 Minutes vous dit tout ce qu’il faut savoir sur le scrutin.

Qui peut se présenter ?

Pour être candidat, il faut réunir les parrainages de 5 % d’un des groupes : parlementaires PS ; membres titulaires du conseil national du PS ; maires des villes de plus de 10 000 habitants, répartis dans dix départements et quatre régions ; conseillers régionaux et départementaux de dix départements et quatre régions.

Qui sont les candidats ? 

Ça s’est bousculé au portillon. Sept candidats sont finalement en course : Jean-Luc Bennahmias (UDE), Benoît Hamon (PS), Arnaud Montebourg (PS), Vincent Peillon (PS), Sylvia Pinel (PRG), François de Rugy (Ecologiste !), Manuel Valls (PS).

>> A lire aussi : Les candidats, ceux qui y pensent et les francs-tireurs

Pierre Larrouturou (Nouvelle Donne), Bastien Faudot (MRC) et Sébastien Nadot (MDP) ont été recalés par le PS pour des motifs obscurs. Gérard Filoche et Fabien Verdier, qui faisaient partie des candidatures jugées « sérieuses », n’ont finalement pas été retenus.

Qui pourra voter ? 

Tous les citoyens français inscrits sur les listes électorales pourront voter (même les mineurs qui auront 18 ans pour l’élection présidentielle). Deux conditions à remplir :

  • signer une charte d’adhésion aux « valeurs de la Gauche et des écologistes »
  • payer 1 euro par tour

Pourront également voter les étrangers et mineurs de plus de 16 ans encartés dans un parti organisant le scrutin.

>> A lire aussi : Pourquoi les étrangers et les jeunes de 16 ans encartés pourront voter

Combien de bureaux de vote ?

Dans l’immédiat, la carte des bureaux de vote a été validée dans 68 départements par l’ensemble des candidats et des partis organisateurs. L’objectif est toujours d’ouvrir entre 7 600 et 8 000 bureaux, dont au minimum 260 à Paris. C’est moins que la primaire à droite (10 000 bureaux). Le parti socialiste a lancé une campagne de communication pour trouver près de 40 000 volontaires pour tenir ces bureaux.

Combien de participants ?

La primaire à droite a été un succès avec plus de 4 millions de votes à chaque tour. Combien seront-ils à se déplacer les 22 et 29 janvier ? Difficile à dire. Christophe Borgel, le président du comité d’organisation a jugé que « la logique voudrait qu’on en ait moins qu’en 2011 [soit 2.6 millions], vu l’état de division de la gauche et (…) le bal des égos auquel nous assistons ».

Il précise que les sondages évaluent la participation entre « un peu moins de 2 millions d’électeurs » et « un peu plus de 3,6 millions ». Entre ces deux bornes, « ce sera un succès », a-t-il estimé.

Combien y aura-t-il de débats ?

Quatre. Comme pour la primaire à droite, il y aura trois débats télévisés avant le premier tour : le 12 janvier (TF1, RTL, L’Obs), le 15 janvier (chaînes d’infos), et le 19 janvier (France Télévisions et Europe 1).

Dans l’entre-deux-tours, le débat entre les deux finalistes se tiendra le mercredi 25 janvier, car le jeudi se tiendra la demi-finale de championnat du monde de handball organisé cette année en France.

Combien coûtera cette primaire ?

Le coût total de ces primaires est estimé à 3,5 millions d’euros, a assuré Christophe Borgel, le comité d’organisation des primaires. Ce chiffre est très loin des 6 millions d’euros consacrés à l’opération en 2011. Les votants devront verser un euro par tour, une participation qu’il a jugée « de nature à couvrir à peu près le coût de la primaire, sachant qu’il s’agit d’une participation aux frais d’organisation de la primaire, et pas d’une participation aux frais de la campagne qui suit ».

>> A lire aussi : Le PS parviendra-t-il à diviser le coût de la primaire par deux?