IVG, PMA, mariage pour tous: Qu'en pense vraiment Marine Le Pen?

POLITIQUE La candidate du FN ne veut pas se mettre à dos l’électorat féminin…

A.B.

— 

Marine Le Pen à Hénin Beaumont, le 4 décembre 2016.
Marine Le Pen à Hénin Beaumont, le 4 décembre 2016. — S.ALCALAY/SIPA

Pour ou contre ? Pas tous les jours facile de savoir ce que pense vraiment Marine Le Pen de l’IVG, de la PMA ou encore du mariage pour tous. Ses positions d’hier en la matière ne sont plus nécessairement celles qu’elle défend aujourd’hui. Et les prises de position divergentes de ses deux principaux lieutenants, Florian Philippot et Marion Maréchal-Le Pen, n’aident pas à y voir plus clair. Alors, changement d’avis sincère ou stratégie électorale ?

Un FN moderne ou le « principe de réalité électorale »

Ce lundi,Marine Le Pen a recadré sa nièce, qui prône (en plus de la suppression du délit d’entrave à l’IVG) le déremboursement intégral de l’IVG, rappelant qu’une telle mesure « ne faisait pas partie de [s] on programme électoral ».

Et ce mardi, c’est Florian Philippot qui a enfoncé le clou, indiquant que Marion Maréchal-Le Pen était « seule » et « isolée » au FN dans sa volonté de revenir sur le remboursement intégral et illimité de l’avortement, et que la candidate ne reviendrait pas dessus.

Pourtant en 2012, au cœur de sa première course à l’Elysée, Marine Le Pen déclarait à propos de l’IVG qu’il s’agissait d’un acte « qui peut être évité » et qui, si elle est élue présidente, serait « déremboursé en cas de besoins budgétaires ». « Il y avait une femme sur 10 il y a dix ans, il y en a deux sur 10 aujourd’hui qui se servent de l’avortement comme d’un véritable moyen contraceptif », avait-elle fustigé à l’époque, parlant d’avortements « de confort » et « de récidive ».Des propos qui avaient évidemment fait polémique, pour un discours à 180 degrés de celui que tient aujourd’hui Marine Le Pen.

« Il y a un principe de réalité électorale, analyse Sylvain Crépon, enseignant-chercheur en sciences politiques à l’Université de Tours et spécialiste du FN. Entre-temps, à la présidentielle de 2012, Marine Le Pen a, pour la première fois de l’histoire du parti, conquis quasiment autant d’électrices que d’électeurs. Aujourd’hui, pas question pour elle de perdre le vote des femmes, qui ne doivent pas être dissuadées de lui accorder leur voix ».

Pas question de « démarier » les couples homosexuels mariés

Pas question non plus de faire une croix sur les votes gays. Remise au goût du jour par le candidat François Fillon, soutenu par Sens Commun, la Manif pour tous croit toujours en l’abrogation du mariage gay. En mai 2013, Marine Le Pen déclarait d’ailleurs : « moi au pouvoir, j’abolirai le mariage pour tous ». Assez discrète lors des longs mois de débats qui ont conduit à la légalisation du mariage homosexuel, la présidente du FN assure aujourd’hui qu’il n’est pas question de « démarier » les couples homosexuels mariés.

Et pour incarner un FN moderne en rupture avec le parti de son père, Marine Le Pen peut compter sur Florian Philippot. En avril dernier, le numéro 2 du FN allait plus loin en déclarant que l’abrogation du mariage pour tous était aussi importante que « la culture du bonsaï ». « Florian Philippot est un libéral, analyse Sylvain Crépon. Il incarne le positionnement moderne sur lequel mise le parti ». Un mois plus tôt, un sondage du Cevipof dévoilait que 32,45 % des couples gay mariés avaient voté pour le parti frontiste au premier tour des élections régionales de décembre 2015.

Deux lieutenants pour « ratisser large »

Mais si Marine Le Pen veut promouvoir un FN moderne, la candidate frontiste ne veut par pour autant tourner le dos aux électeurs de la première heure, réputés pour être plus conservateurs. Là, c’est sa nièce Marion Maréchal-Le Pen qui assure le service. Farouchement opposée au mariage pour tous, quiselon elle allait ouvrir la voie à la polygamie, elle a battu sans relâche le pavé aux côtés de la Manif pour tous et pointé la «  maladresse » des propos de Florian Philippot sur la culture du bonsaï.

« Marine Le Pen doit tenir compte de ces électeurs-là, indique Sylvain Crépon. Sous couvert de défendre des positions opposées dans le débat public sur toutes ces questions de société, Florian Philippot et Marion Maréchal-Le Pen restent deux lieutenants de Marine Le Pen qui sont là pour l’aider à ratisser l’électorat le plus large possible : le nord ouvrier où intervient le vice-président du FN et le sud conservateur où officie la nièce ».

D’ailleurs, Marine Le Pen l’a rappelé, elle souhaite toujours abroger le mariage homosexuel, auquel elle préfère « un Pacs amélioré », ce que ne manque pas de souligner sa nièce, « qui incarne la frange Fillon-compatible de l’électorat frontiste », souligne Sylvain Crépon.

Autre question sur laquelle le parti de Marine Le Pen ne compte pas transiger : la PMA, que la candidate refuse d’ouvrir aux couples de même sexe.