Primaire à gauche: Manuel Valls en campagne seul contre tous?

ELECTIONS Le Premier ministre sera l'un des seuls à défendre le bilan du quinquennat lors de la primaire de la gauche...

T.L.G.

— 

Manuel Valls
Manuel Valls — JACQUES DEMARTHON / AFP

Il sera seul, sous la mitraille. Manuel Valls s’est lancé lundi dans la primaire socialiste. « Ma candidature est celle de la conciliation, de la réconciliation », a plaidé l’ancien Premier ministre. La tâche ne sera pas aisée. Pour le moment, Manuel Valls semble surtout avoir réussi à rassembler… contre sa candidature. Les sept autres candidats l’ont déjà pris pour cible.

>> A lire aussi : Primaire à gauche: Les sept candidats déclarés, celui qui y pense et ceux qui passeront outre

« Sa candidature est sans doute la plus clivante qui soit »

Arnaud Montebourg n’y est pas allé avec le dos de la cuillère, dès lundi soir. « Qui est le Manuel Valls qui parle, celui qui candidate ou celui qui a gouverné ? Il défend la démocratie sociale mais il a gouverné avec le 49.3, il défend le respect des citoyens mais il a fait la loi Travail, il défend l’unité des gauches mais il a théorisé les "gauches irréconciliables", il dit vouloir unifier mais il a porté la déchéance de nationalité ».

Même tonalité chez Benoît Hamon, ce mardi. « Ses intentions de candidat contredisent ses actes de Premier ministre. Sa candidature est sans doute la plus clivante qui soit aujourd’hui au Parti socialiste ». « Il est en train de nous faire un coup fourré […] C’est à gerber », s’est désolé pour sa part Gérard Filoche. Marie-Noëlle Lienemann appelle, elle, depuis des semaines à « faire battre Manuel Valls ».

« Manuel Valls ne se résume pas au bilan de Hollande »

Manuel Valls, seul contre tous ? Son soutien Philippe Doucet tempère. « Pour être candidat, il faut remplir certaines conditions. On verra combien il en reste, le 17 décembre. Je ne suis pas sûr que Filoche, Larrouturou ou Lienemann seront encore là ». La sénatrice de Paris envisage de retirer sa candidature pour soutenir Benoît Hamon ou Arnaud Montebourg. Philippe Doucet rappelle d’ailleurs que ce sont ces deux anciens ministres, qui ont poussé Manuel Valls à Matignon.

Mais, comme François Hollande, le Catalan pourrait être rattrapé par le bilan du quinquennat. « C’est en partie son bilan. Mais quand vous êtes Premier ministre, vous portez d’abord la politique du président de la République », tente Philipe Doucet. « Il fait désormais des propositions qui ne sont pas de Hollande, comme le revenu universel, ou d’autres sur le dumping social. Manuel Valls ne se résume pas au bilan de Hollande ».

>> A lire aussi : Candidature de Valls : Comment le « loyal » Premier ministre est devenu « Iznogoud »

Un bilan comme boulet ?

« Il sera critiqué, bien sûr. Mais il a justifié lundi sa candidature sur l’idée que la France et l’Europe entrent dans une nouvelle période. Il va déplacer les lignes de la campagne », avance Stéphane Rozès. « Il sera jugé sur sa capacité à poser un diagnostic, et tirer les leçons de ce qui a été fait par le président sans se désolidariser de ce qu’il a fait à Matignon », parie le politologue.

Un grand écart périlleux. L’aide des hollandais ou des aubrystes pourrait lui être utile. Mais ces derniers n’affluent pas au rythme espéré. Un de ses lieutenants le reconnaît à l’AFP. « Le rassemblement est en œuvre, mais cette campagne sera rude ».

>> A lire aussi : Présidentielle 2017: Pour Martine Aubry, «pas évident» de soutenir Manuel Valls