Remaniement ministériel: Qui est Bruno Le Roux, le nouveau ministre de l'Intérieur et proche de Hollande ?

NOMINATION L'élu de Seine-Saint-Denis est nommé, pour la première fois, au gouvernement de Bernard Cazeneuve...

A.-L.B. avec AFP

— 

 Bruno Le Roux, le 25 juin 2016 à l'Elysée
Bruno Le Roux, le 25 juin 2016 à l'Elysée — Yann Bohac/SIPA

Direction le gouvernement pour Bruno Le Roux. Vieux routier du Parti socialiste et très proche du président François Hollande, l’homme de 51 ans a été nommé mardi ministre de l’Intérieur.

>> Suivre en direct, dans notre live, cette journée de remaniement ministériel

Depuis 2012, cet élu de Seine-Saint-Denis était à la tête des remuants députés PS. Membre de la commission de la Défense de l’Assemblée, avec un goût pour les dossiers de sécurité et de police, le député rêvait depuis longtemps d’être appelé au gouvernement.

Selon son entourage, Bruno Le Roux est « assez introverti », solide », « fidèle » et « pas l’homme de la badine ou de la langue de bois décrit parfois ». L’ancien élève d’HEC et de l’Essec fonctionne aussi « à la hollandaise », selon certains socialistes, « quand un sujet lui semble prioritaire, il ne délègue plus mais s’en empare jusque dans les moindres détails ».

Porte-parole de Hollande en 2012

Celui qui avait succédé à Jean-Marc Ayrault, président du groupe à l’Assemblée nationale pendant quinze ans, a l’entière confiance de l’hôte de l’Elysée, parfaitement en phase avec la ligne économique.

>> A lire aussi: Qui est Bernard Cazeneuve, le nouveau Premier ministre?

Ancien maire d’Epinay-sur-Seine (battu aux municipales de 2001), il était devenu à la demande de François Hollande secrétaire national du PS chargé des élections de 2000 à 2008. Il s’est investi sur les sujets de sécurité et de police, comme lorsqu’il fut rapporteur du projet de loi sur la « sécurité quotidienne » en 2001, ou lorsqu’il fit voter en 2011 une proposition de loi sur le contrôle des armes.

Sur la ligne économique de Hollande

Pendant la traversée du désert de François Hollande, après son départ de la direction du PS, Bruno Le Roux était avec Stéphane Le Foll, Michel Sapin et Olivier Faure l’un des quatre mousquetaires autour du député de Corrèze. Sa fidélité avait, déjà, été récompensée : lors de la campagne présidentielle, il était nommé par François Hollande l’un des porte-parole. Il était ensuite nommé à la direction du groupe PS, majoritaire, à l'Assemblée.

>> A lire aussi: Tu vises l’Elysée? Alors, tu devrais parler du cannabis

Dans l’ombre, il a pesé sur plusieurs dossiers, dont les baisses d’impôts ou la modulation des allocations familiales. Il a quelquefois fait entendre sa voix sur des sujets lui tenant à cœur comme l’autorisation de la PMA pour les couples de lesbiennes. Sur le cannabis, l’ancien maire d’Epinay-sur-Seine (1995-2001) souhaite un « débat ».