Hollande renonce: «Si ça doit s'arrêter, ça s'arrête», avait confié le président

PRESIDENTIELLE Le chef de l’Etat n’a jamais fait de mystère d’un éventuel renoncement…

G. N. avec AFP

— 

François Hollande annonce qu'il ne briguera pas un 2e mandat, jeudi 1er décembre.
François Hollande annonce qu'il ne briguera pas un 2e mandat, jeudi 1er décembre. — SIPA

« Si ça doit s’arrêter, ce qui est tout à fait possible, ça s’arrête. » Dans ses livres-entretiens avec des journalistes, François Hollande, qui a annoncé jeudi qu’il ne briguerait pas de second mandat, avait déjà laissé entrevoir cette possibilité.

>> Suivez en direct le renoncement d'Hollande et les réactions

« Ça continue ou ça s’arrête […]. Mais si ça doit s’arrêter, ce qui est tout à fait possible, ça s’arrête. Ce n’est pas une catastrophe personnelle », déclarait en septembre 2015 François Hollande, cité par les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme dans leur livre Un président ne devrait pas dire ça…, qui a déstabilisé la majorité depuis sa parution en octobre.

« Une forme de courage et d’honnêteté »

« Si ce n’est pas présenté comme une forme de fuite, mais comme une forme de courage et d’honnêteté », confiait-il, « je pourrais dire : "Écoutez, c’est moralement ma responsabilité de dire que je ne peux pas y aller parce que je n’ai pas réussi à atteindre mon objectif". »

>> A lire aussi : Pourquoi le chef de l'Etat ne se présentera pas à la présidentielle

Dans Conversations privées avec le président des journalistes Antonin André et Karim Rissouli, un autre livre de confessions paru en août, François Hollande évoquait aussi la possibilité de renoncer à un second mandat présidentiel. « L’envie, je l’ai, c’est mon inclination personnelle » mais « je ne ferais pas de choix de candidature si, d’évidence, elle ne pouvait se traduire par une possibilité de victoire », avait alors confié le chef de l’État.

« Je ne peux pas être candidat simplement pour figurer », me mettre dans une posture « sacrificielle », confiait-il aussi à l’AFP en septembre, juste après la démission d’Emmanuel Macron. « L’idée du témoignage, à d’autres que moi ! » Pour y aller, « je ne dis pas que la flamme doit être très élevée », mais il faut quand même que ça veuille dire quelque chose, avait-il expliqué.