Présidentielle: François Bayrou candidat en 2017? Il ne «ferme aucune porte»

ELECTION Invité sur le plateau de France 2 mercredi soir, le maire de Pau a affirmé ne « fermer aucune porte » concernant une possible candidature à l’élection présidentielle de 2017…

V.R.B. avec AFP

— 

François Bayrou arrivant à l'Elysée le 25 juin 2016.
François Bayrou arrivant à l'Elysée le 25 juin 2016. — Yann Bohac/SIPA

François Bayrou ou l’homme qui ne capitule jamais. Le président du Modem a déclaré mercredi soir « ne pas exclure » de se présenter à l’élection présidentielle de 2017, après la victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre. « Je ne ferme aucune porte », a-t-il affirmé sur le plateau du JT de France 2.

Ce jeudi matin, au micro de RMC-BFMTV, François Bayrou a confirmé qu’il dira « d’ici à fin janvier, début février », s’il est candidat à l’élection présidentielle, le programme de Fillon, « sur des points essentiels », ne correspondant pas à ses yeux « aux nécessités de la France ».

>> A lire aussi : Si François Fillon tentait de rallier François Bayrou par SMS?

« Cette décision lourde ne peut être prise qu’au terme d’un processus, d’une réflexion, d’un travail par étapes. C’est ce travail par étapes que je lance », a soutenu le maire de Pau.

« Je vais construire un projet »

Pour François Bayrou, « on est candidat à l’élection présidentielle lorsque l’on sait avec certitude que ce que l’on porte n’est porté par personne d’autre et que c’est essentiel pour l’avenir du pays ». Or « on est aujourd’hui au terme de la primaire de la droite, devant un candidat estimable (François Fillon, NDLR), mais dont le projet ne correspond pas aux nécessités de la France », a-t-il jugé sur RMC-BFMTV.

>> A lire aussi : Pour Bayrou, le projet de Fillon pose «de nombreuses questions»

« L’élection présidentielle, c’est deux choses : une personnalité et un projet. Les deux comptent. (…) Je vais construire avec ceux qui travailleront avec moi un projet qui réponde à ce que nous sentons des attentes nécessaires du pays », a conclu celui qui a appellé à voter Hollande en 2012.