Primaire à droite : Au QG de François Fillon, on salue la victoire de « la force tranquille »

REPORTAGE François Fillon a largement remporté le second tour de la primaire à droite ce dimanche…

Thibaut Le Gal

— 

Vainqueur de la primaire à droite, François Fillon s'apprête à prononcer son discours, le 27 novembre 2016 à Paris.
Vainqueur de la primaire à droite, François Fillon s'apprête à prononcer son discours, le 27 novembre 2016 à Paris. — Thibault Camus/AP/SIPA

Certaines soirées électorales offrent peu de surprises. Tout semble couler calmement, comme si l’issue était déjà écrite à l’avance. A la Maison de la Chimie, dans le 7e arrondissement de Paris, les soutiens deFrançois Fillon ont déjà le sourire lorsqu’ils se rassemblent lentement en début de soirée avant l’annonce du résultat du second tour de la primaire à droite. Anne, militante depuis le milieu des années 1960, est sereine. « Avec l’écart de plus 15 points au premier tour, il ne nous manque pas grand-chose. Rien qu’avec, disons, 10 % des reports de voix de Nicolas Sarkozy, ça devrait le faire ».

>> A lire aussi : Suivez le second tour de la primaire en direct

A l’image de leur candidat pendant la campagne, rien ne semble pouvoir ébranler la foi des fillonnistes. De petits groupes se forment ici et là ; on se gargarise des larges scores qui commencent à circuler. Passé 20 h, les troupes se rassemblent au pied de la télévision. Les résultats partiels jaillissent de l’écran. Une explosion de joie y répond.

« Une grosse claque pour Alain Juppé »

Seul étonnement des militants, l’énorme avance de leur champion. « On ne s’attendait pas à une victoire aussi large. C’est une grosse claque pour Alain Juppé, et une triste fin de carrière », siffle Tanguy, 23 ans. Plus loin, un homme sort de son manteau une bouteille de champagne. « On l’a mérité. On a beaucoup bossé. Elle ne va pas être très fraîche, mais on va attendre l’arrivée de François Fillon avant de la boire. »

Sans surprise non plus, les applaudissements qui accompagnent Alain Juppé, apparaissant à l’écran pour reconnaître sa défaite. « Il a été méritant, mais il arrive un peu tard dans sa carrière. C’est dommage, c’était un homme d’expérience, un homme droit », reconnaît Alain, 65 ans. « La politique est une grande roue. Elle tourne, et il arrive un moment où le destin vous offre ses portes. Cette année, c’était le moment de François Fillon. »

« J’ai senti cette vague qui a brisé tous les scénarios écrits d’avance »

Voilà justement le candidat tant attendu, debout sur l’estrade. « La victoire me revient. C’est une victoire de fond, bâtie sur des convictions. J’ai senti cette vague qui a brisé tous les scénarios écrits d’avance », lance François Fillon. Puis vient le traditionnel appel au rassemblement. Un classique de second tour. « Ce qui nous unit est tellement plus grand que ce qui nous sépare. C’est pourquoi ce soir, je tends la main à tous ceux qui veulent reconstruire notre pays », poursuit-il sous les « Fillon président ! ».

Le « Thatcher de la droite » a d’ailleurs « une pensée particulière pour Nicolas Sarkozy », et « un message d’amitié, d’estime et de respect » pour Alain Juppé.

>> A lire aussi : Ultra-libéral, pro-russe... Le programme de François Fillon

Vincent, 26 ans, n’a pas de doute dans la capacité de son candidat pour rassembler sa famille politique. « François Fillon est honnête, clair et sincère. Il fera le rassemblement autour de son projet, qui est enfin un vrai programme de droite ! », s’amuse le référent départemental. « Ce n’est pas un candidat d’effets d’annonce. Lui saura garder le cap pour le reste de la campagne. »

« L’efficacité discrète »

Assis un peu plus loin, un autre Alain ne dit pas mieux. « Fillon, ce n’est pas le candidat show-biz. Moi qui suis un montagnard, il me fait penser un peu à notre mentalité. Il ne la ramène pas, et avance sans faire de bruit. C’est l’efficacité discrète… ». Le militant de 70 ans sourit. « Si j’étais un peu provocateur, je dirais qu’il incarne la "force tranquille". » Le prochain slogan de François Fillon ?