Primaire à droite: En mai 68, Juppé et Fillon ont tous les deux manifesté (et ce n'était pas la dernière fois)

DÉBAT Alain Juppé et François Fillon ont été interrogés sur leur passé de manifestant lors de l'ultime débat de la primaire de la droite...

L.C. avec AFP

— 

Alain Juppé, lors du dernier débat de la primaire à droite.
Alain Juppé, lors du dernier débat de la primaire à droite. — France 2

Un passé insoupçonné de manifestant. Alain Juppé a confié ce jeudi soir avoir manifesté des deux côtés des barricades en mai 1968, avec les étudiants de Sciences Po puis sur les Champs-Elysées en soutien au général de Gaulle, lors de l’ultime débat de la primaire de la droite, face à François Fillon.

>> Primaire à droite: Suivez le débat de l'entre-deux-tours en direct

« Je n’étais pas très enthousiaste sur les barricades »

Le maire de Bordeaux répondait à une question des journalistes adressés aux deux candidats en lice pour le second tour. « Je n’étais pas très enthousiaste sur les barricades mais je me suis laissé emporter par une manifestation qui partait de Sciences po pour aller jusqu’au ministère de l’Education nationale », s’est-il souvenu, enchaînant : « Le 30 mai, en revanche, j’étais sur les Champs-Elysées », en « soutien au général de Gaulle ».

Comme on lui demandait s’il s’était ainsi retrouvé des deux côtés des barricades en l’espace de quelques jours, Alain Juppé a répliqué sur le ton de la plaisanterie : « Oui, bien sûr, mais il faut être présent partout ».

L’ancien Premier ministre a précisé avoir manifesté une troisième fois à Versailles « pour la grande manifestation sur la défense de la liberté de l’enseignement dans notre pays », le 24 juin 1984.

« On a dû se croiser avec François d’ailleurs ou se suivre » lors de cette manifestation, a-t-il ajouté à l’adresse de François Fillon qui a indiqué pour sa part avoir manifesté à trois reprises aussi dans sa vie.

François Fillon a manifesté contre un prof d’anglais « incompétent »

La « première fois contre un professeur d’anglais que je jugeais incompétent dans mon lycée », a-t-il raconté, et « une deuxième fois au moment de mai 68, de manière assez folklorique ».

« J’avais 14 ans et j’étais dans une classe et donc c’était avec les élèves, plutôt du côté de ceux qui ne voulaient pas travailler », a-t-il expliqué. La troisième était cette « grande manifestation pour la défense de la liberté scolaire » en 1984.